CYCLISME. 40 ans de Tro Bro Leon pour Jean-Paul Mellouët, et une page qui se tourne

durée de la vidéo : 00h02mn10s
Jean-Paul Mellouët, l'organisateur du Tro Bro Leon, explique la genèse, il y a 40 ans, de cette course cycliste unique, qui se déroule dans le Finistère, avec ses ribinoù (chemins de terre). ©France 3 Bretagne - Simone & Raymond Production

L'idée a germé dans la tête de Jean-Paul Mellouët il y a 40 ans. Organiser une course cycliste pour les écoles Diwan qui emprunterait des portions de chemins agricoles, les fameux "ribinou". Aujourd'hui l'épreuve est mythique et est devenue si populaire qu'elle vient d'être reprise par le groupe ASO, qui organise notamment le Tour de France.

Tous les ans au mois de mai, la petite commune de Lannilis dans le Finistère se met en fête. Des dizaines de bénévoles s'activent pour organiser le Tro Bro Leon. La fierté du pays. Et avec les années, tout est parfaitement rôdé : le parcours, le barriérage, la sécurité, l'accueil des équipes cyclistes, des juges arbitres, des équipes de télévisions, sans oublier... la préparation du fameux kig ha farz pour nourrir plus de 1000 personnes.

Et cette année encore, tout est organisé aux petits oignons. L'ambiance est joyeuse, conviviale et maîtrisée sur le départ de cette édition 2024. 

Une course pour les écoles Diwan

Cette course, qui aujourd'hui a une portée nationale, a été imaginée par Jean-Paul Mellouët, il y a 40 ans. Il voulait créer un événement pour aider les écoles Diwan et la langue bretonne. 

Avec quelques copains, il voulait inventer une course cycliste différente, ancrée sur son territoire, qui mettrait en valeur cette région agricole si particulière du nord Finistère, entre terre et mer, entourée d'abers et balayée par les vents. Une course qui emprunterait ces chemins de terre qu'on appelle ici les "ribinou". Dans l'émission Le Grand Bazhart qui lui est consacrée, il explique : "J'étais un grand fan du Paris-Roubaix, et on ne voulait pas faire une course comme les autres qui traverse des villages, alors on a eu l'idée de faire passer les cyclistes sur les ribinou. On nous a dit ça passera jamais, et puis finalement ça a marché". 

J'étais un grand fan du Paris-Roubaix

Jean-Paul Mellouët

Créateur du Tro Bro Leon

L'idée a séduit. Les agriculteurs ont donné leur feu vert pour que leurs exploitations soient traversées par la course une fois par an. Un cochon récompense même le vainqueur chaque année. 

Une épreuve internationale

Le Tro Bro Leon (qui signifie Tour du Leon) a pris de l'ampleur au fil des années, jusqu'à entrer dans la cour des épreuves internationales au début des années 2000. Aujourd'hui, le Tro Bro Leon est aussi une manche de la Coupe de France de cyclisme sur route. Les meilleures équipes internationales font donc le déplacement chaque année à Lannilis et l'épreuve est retransmise sur l'antenne nationale de France 3.

À lire aussi : CYCLISME. Tro Bro Leon 2024 : parcours, profil, horaires... tout savoir sur la mythique course dans l'enfer des chemins finistériens

ASO, nouvel organisateur

Cette 40e édition est une édition de transition. ASO (Amaury Sport Organisation) qui organise notamment le Tour de France, reprend la main. Une évolution commentée ce dimanche sur la ligne d'arrivée à Lannilis. Un bénévole nous explique "J'espère que le Tro Bro Leon va garder son âme populaire, et que la course va continuer à mobiliser les habitants de la commune. On espère qu'ASO ne va pas trop "professionnaliser" les choses."

Nul doute que c'est aussi le souhait de Jean Paul Mellouët.

En attendant, place au départ de cette 40e édition.

Une course à suivre sur France 3 à 15h30, mais aussi en live sur le site et les réseaux sociaux de France 3 Bretagne avec notamment une version commentée en breton par Maqthieu Herry et Louis Le Roux.