Finistère : la plateforme de la Sica lance son activité à Saint-Pol-de-Léon

En projet depuis 2011, la nouvelle plateforme de la Sica, à Saint-Pol-de-Léon (Finistère), a commencé à recevoir, conditionner et expédier ses premiers légumes. Une victoire pour la première coopérative légumière de France, après un long combat judiciaire avec une association d'opposants.

La plateforme de la Sica, en cours de construction à Saint Pol de Léon
La plateforme de la Sica, en cours de construction à Saint Pol de Léon © Florence Malésieux

Un projet lancé en 2011 mais jamais achevé jusqu'à il y a peu, en raison de multiples procédures judiciaires. La nouvelle plateforme logistique de la Sica (Société d'intérêt collectif agricole), connue sous la marque Prince de Bretagne, entre en fonctionnement progressif à Saint-Pol-de-Léon, dans le Finistère, après neuf ans de retard.


Tous les recours épuisés


C’est le président de la Sica, Marc Keranguéven, qui l’a annoncé ce mardi 19 janvier. "On vient de démarrer", s'est-il félicité, assurant que depuis septembre 2020 plus aucun recours n’entravait le projet.

Car la nouvelle plateforme de la première coopérative légumière française a connu nombre d’oppositions ces neuf dernières années. Avec notamment huit recours contre les permis de construire et le PLU de la commune intentés par l'Association pour la défense de "Kermorus-Vilar Grenn", du nom du lieu-dit qui se trouve à quelques centaines de mètres du siège de la coopérative.

Finalement, après 18 mois de travaux, la nouvelle plateforme est sortie de terre sur un terrain de 18 hectares sur lequel ont été construits 7 hectares de bâtiments. A terme, la station devrait centraliser la réception, la préparation et l'expédition de 80 % des volumes de légumes frais de la coopérative d’ici mi-février. Jusqu'ici, ce sont d’autres stations réparties sur l'ensemble du Finistère Nord qui se chargeaient de réaliser ces opérations. 


Une centaine de personnes employées à terme


"Le premier objectif c'est la réduction des coûts logistiques", a assuré Marc Keranguéven, estimant d'une économie en la matière de 30 %. La plateforme éviterait ainsi aux clients de la coopérative à se rendre dans les différentes stations pour remplir leurs camions. Selon le président de la Sica, la plateforme permettra également à la coopérative "d'accéder à de nouveaux marchés grâce à la mutualisation des moyens", ainsi qu'aux producteurs "d'accéder à l'ensemble des possibilités de diversification et de conditionnement".

Au total, la station dispose de 31 quais d'expédition, dont 15 réservés aux clients majeurs de la coopérative qui représentent 70 % de son chiffre d'affaires. Coût pour la coopérative : près de 50 millions d'euros, financés par un prêt bancaire et 10 % de subvention de la Région. Elle emploiera à terme une centaine de personnes.

Créée en 1961, la Sica est le premier groupement de producteurs de légumes et d'horticulteurs en France, avec 237 000 tonnes de production légumière par an, dont environ 40 % commercialisées à l'export. Elle emploie 140 personnes et compte 800 producteurs adhérents. En 2019, elle a réalisé un chiffre d'affaires de 221 millions d'euros.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie agro-alimentaire industrie polémique société