Hydroliennes. Sabella mise en liquidation judiciaire. Le démonstrateur de Ouessant continuera-t-il d’approvisionner l’île  ?

Trois mois après avoir été placée en redressement judiciaire en octobre, l’entreprise Sabella vient d’être mise en liquidation judiciaire. Les actifs et les 19 salariés ont été repris par Entech, une société quimpéroise partenaire, mais pas le démonstrateur D10 qui alimente l’île d’Ouessant en électricité.

Elle est opérationnelle depuis avril 2022 et distribue 250 kW d’électricité, ce qui correspond à plus de 75% des besoins électriques de l’île d’Ouessant. L’hydrolienne immergée dans le Fromveur, première hydrolienne raccordée au réseau électrique, pourrait même atteindre 1MW de capacité productive.

Pourtant l’avenir de ce démonstrateur, baptisé D10, est compromis.

Ce vendredi 19 janvier le tribunal de Quimper a décidé de la mise en liquidation judiciaire de la société Sabella, exploitant l’hydrolienne, trois mois après la mise en redressement judiciaire de cette dernière.

Entre-temps, en décembre dernier, l’entreprise Entech, spécialisée dans la construction de système de production, basée à Quimper, avait racheté les actifs de Sabella et embauché les 19 salariés, mais pas l’hydrolienne qui reste donc propriété de la société mise en liquidation.

À LIRE : Hydroliennes. Sabella placée en redressement judiciaire

Quel avenir pour l’hydrolienne et quelles conséquences pour Ouessant ?

À ce jour, le démonstrateur D10 continue de tourner et d’injecter de l’électricité sur le réseau de l’île, mais jusque quand ?

À LIRE : En 2018, le démonstrateur était immergé par 55 mètres de fond

Le 5 janvier dernier, Benoit Bazire, président du conseil d’administration, expliquait à la Tribune : " Notre projet, baptisé Blue Island, vise à trouver des financements pour continuer à injecter de l'électricité sur l'île et remplacer le démonstrateur D10 par des turbines. Avec quatre turbines d'un mégawatt, on fournit la majorité de l'électricité d'Ouessant "

Avec la mise en liquidation, ce n’est plus une recherche de financements mais bel et bien un repreneur dont aurait besoin l’hydrolienne pour continuer de tourner.

À LIRE : Les ambitions mondiales de l'hydrolienne de Sabella

Si aucune entreprise ne se manifeste, l’hydrolienne devra alors être sortie de l’eau et mise en cale sèche. Une opération dont le coût est estimé entre 800 000 et 1 million d’euros.

Quant aux conséquences pour l’île d’Ouessant, le maire Denis Palluel, contacté par téléphone s’est contenté d’un "je n’en sais rien".