Encore un rorqual mort après échouage sur une plage du Finistère, à Douanenez

Publié le Mis à jour le
Écrit par Séverine Breton .

Un rorqual s’est échoué mort ce 27 septembre dans l'après-midi, sur l’île Tristan à Douarnenez, indique la Préfecture du Finistère dans un communiqué. Les premières constatations laissent supposer qu’il s’agit du rorqual qui s’est échoué vivant le 19 septembre dernier sur une plage de Ploéven et qui avait été reconduit en mer.

Un rorqual d'une dizaine de mètres s'est échoué mort sur l'Ile Tristan à Douarnenez ce 27 septembre dans l'après midi.

Dans un communiqué, la préfecture du Finistère indique qu'il pourrait s'agir du jeune cétacé échoué une première fois à Ploeven le 19 septembre dernier.

Les équipes de Sea Shepherd avaient réussi à remettre l'animal à l'eau. Pendant quelques heures, il était resté dans la Baie de Douarnenez avant de disparaître. L'association gardait l'espoir qu'il ait pu rejoindre le large. Elle l'avait baptisé Kalon, comme cœur ou courage, en breton,

De son côté, l'organisation reste prudente sur l'identité de l'animal. Le rorqual découvert sur l'Ile Tristan lui semble plus petit que Kalon. 

"La position de la carcasse sur l'île ne permet pas de réaliser les opérations d’équarrissage sur place, précise la Préfecture. Des moyens nautiques sont mobilisés pour tenter de procéder au remorquage de l’animal vers une plage réunissant de meilleures conditions de prise en charge."

Les équipes du Parc Naturel Marin d'Iroise procéderont sur place à l'ensemble des prélèvements scientifiques nécessaires, avant que le corps de l'animal ne soit évacué par voie terrestre.

C'est la troisième fois qu'un rorqual s'échoue mort sur les côtes bretonnes depuis le mois de septembre. 

Un premier animal avait été découvert sur l'Ile de Sein, puis un second, quelques jours plus tard à Tréguennec. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité