• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Fusion avec Motreff : les habitants de Tréogan disent non !

La première est à 3,2 kilomètres de la seconde, mais pas dans le même département / © France 3 Bretagne
La première est à 3,2 kilomètres de la seconde, mais pas dans le même département / © France 3 Bretagne

Les habitants de Tréogan dans les Côtes-d'Armor se sont prononcés ce dimanche 29 avril sur une possible fusion avec la commune voisine de Motreff, dans le Finistère. Malgré les arguments du maire, la majorité est contre.

Par Valérie Chopin


C'est souvent davantage "par raison" que par véritable amour, mais le nombre de mariages entre communes ne cesse d'augmenter. Depuis 2011, 26 communes nouvelles ont ainsi vu le jour en Bretagne. Une tendance, sur laquelle les habitants de Tréogan, dans les Côtes d'Armor, n'ont donc pour l'heure, pas envie de surfer.

"Moi j'suis contre ! s'exclame le doyen de la commune. Vue la population, Tréogan sera représenté par seulement une personne dans un conseil de 15 ou 20 personnes, explique Yves du haut de ses 92 ans. Qu'est-ce-que cette personne aura à dire ? Absolument rien ! On sera obligé de faire avec ce qu'on nous donnera !"

"La campagne s'est vidée !"


Alors que Tréogan ne compte qu'une centaine d'habitants, Motreff la voisine, elle, en cumule huit fois plus. C'est précisément pour cette raison que le maire de Tréogan était lui, favorable à une fusion :  "Si on arrive à ce vote, c'est parce que la commune de Tréogan ne fait quand même que 100 habitants... La campagne s'est vidée ! argumente Honoré Lescoat l'élu qui occupe ce poste depuis 35 ans. On n'a plus de bonnes volontés tellement pour participer à la vie de la commune, regrette-t-il. C'est ça le  principal  ! Un rapprochement permettrait de mieux gérer la commune de Tréogan, c'est sûr  !

Plus de la 56% des suffrages exprimés contre la fusion


Une consultation était organisée ce dimanche 29 avril. Honoré Lescoat appelait ses administrés à répondre à la question suivante : Etes-vous pour ou contre un regroupement de communes avec Motreff ? Le village voisin qui compte huit fois plus d'habitants. Le résultat est sans appel : sur 64 votants, 28 ont répondu oui au regroupement des deux communes, et 36 se sont prononcés contre.

Précision notable, qui a pu peser dans la balance : la limite entre les départements du Finistère et des Côtes-d'Armor passe entre les deux communes. On connaît tous les rivalités qui peuvent parfois exister entre voisins. Une union supposerait de redessiner les territoires.

Les habitants de Tréogan disent non à la fusion avec Motreff
Les habitants de Tréogan dans les Côtes-d'Armor se sont prononcés ndimanche 29 avril sur l'idée de fusionner avec la commune voisine de Motreff, dans le Finistère. Reportage Ivan Frohberg et Valérian Morzadec. Intervenants : 1) Honoré Lescoat, maire de Tréogan 2) Germaine, habitante de Tréogan 3) Yves, 92 ans, doyen de Tréogan


Si 26 communes nouvelles ont vu le jour depuis 2011 en Bretagne, c'est clairement parce qu'il existe des incitations. Les communes qui fusionnent reçoivent en effet une bonification financière de 5%. La mutualisation des moyens peut aussi leur permettre de réaliser des économies d'échelles.

Mais le mariage peut aussi mal se passer. "Il faut éviter de se précipiter et bien consulter les habitants, explique Frédéric Ville est l'auteur de "Communes nouvelles : atouts et dangers", à l'image de la fusion compliquée entre St-Brieuc et Plérin.

Gare aussi à l'implication des habitants. "Si dans une petite commune, ce sont des bénévoles qui s'impliquent dans la vie de la municipalité, dans une plus grande ville, ce sont des salariés, expliquait Frédéric Ville sur notre plateau. Les citoyens peuvent se désengager, c'est un des risques."
"Communes nouvelles : atouts et dangers"
C'est le titre du livre de Frédéric Ville qui analyse les avantages et inconvénients des fusions entre communes. Il était le 7 février 2018 invité sur notre plateau de JT.


En Bretagne, notamment, des territoires se battent pour vivre et rester attractifs. Face à la fermeture des services publics, face à la dévitalisation des centres-bourgs, vivre à la campagne s’apparente à un défi et à un pari. C'était le thème de l'émission "Enquêtes de région : Mon village, ma bataille" le mercredi 7 février après le Soir 3.





A lire aussi

Sur le même sujet

Griedge Mbock et les bleuettes en 2012

Les + Lus