Agriculteurs en colère. 200 tracteurs sont entrés dans Rennes

Ils ne comptent pas bloquer la ville, comme à Rungis ou Paris. Mais marquer le coup et montrer leur détermination. Environ 200 tracteurs sont entrés dans le centre-ville de Rennes à grands coups de klaxon.

Environ 200 tracteurs, qui s'étaient donné rendez-vous sur la rocade de Rennes, sont entrés dans le centre-ville de Rennes. Ils sont arrivés par le sud, pour emprunter l'Avenue Janvier après être passés par l'esplanade Charles-de-Gaulle.

L'intention n'est pas de "bloquer la ville", comme à Paris ou sur le marché de gros de Rungis, mais plutôt de montrer leur détermination.

Après un passage Place de la République, le convoi doit se rendre à la préfecture, ainsi qu'à la maison de l'Agriculture. En ligne de mire des revendications, la loi Egalim. "Elle est pas trop mal dans sa construction, il faut juste que les gens l'appliquent" expliquait dans la matinée un adhérent de la FNSEA. "Il faut obligatoirement que nos coûts de production soient intégrés dans le calcul des prix payés aux producteurs".

Avant de circuler dans le centre-ville, les agriculteurs mobilisés ont eu un entretien à Rennes Metropole avec Nathalie Appéré, sa présidente.

Le convoi se rendait dans l'après-midi à la préfecture, pour ensuite quitter le centre-ville de Rennes. Une opération escargot était envisagée.