Brigade numérique de Rennes : 13 postes supplémentaires annoncés par Marlène Schiappa

Ce vendredi 16 avril, Marlène Schiappa, ministre en charge de la Citoyenneté, est allée à la rencontre des gendarmes de la Brigade numérique de Rennes, chargée notamment de recueillir le témoignage de violences conjugales. Elle a annoncé déployer des moyens inédits pour renforcer ce service. 

Marlène Schiappa, la ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur en charge de la Citoyenneté, à Rennes, vendredi 16 avril, à l'occasion des 3 ans de la plateforme de signalement des violences sexistes et sexuelles arretonslesviolences.gouv.fr.
Marlène Schiappa, la ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur en charge de la Citoyenneté, à Rennes, vendredi 16 avril, à l'occasion des 3 ans de la plateforme de signalement des violences sexistes et sexuelles arretonslesviolences.gouv.fr. © S. Labrousse / France Télévisions

La Brigade numérique de Rennes est une unité unique en France. Les 20 gendarmes qui y travaillent se relayent 7j/7 et 24h/24 pour répondre par chat à toutes sortes de questions, autour des fraudes bancaires par exemple. Créée en 2018, elle accompagne aujourd’hui son 500.000e usager en ligne.

Autre mission : gérer, avec la police, la plateforme de signalements de violences sexuelles et sexistes, libérer la parole et accompagner victimes et témoins.
 

300 signalements par mois 

Le confinement est un terreau propice aux violences conjugales et intrafamiliales, les signalements pour violences sexuelles et sexistes lors des confinements ont triplé. La Brigade numérique de Rennes reçoit, en moyenne, 300 signalements par mois. L’unité a déjà accompagné 6.500 victimes de violences sexuelles et sexistes. 
 


Afin de mieux prendre en charge les femmes victimes et les protéger, Marlène Schiappa a annoncé déployer 13 effectifs supplémentaires pour renforcer la Brigade.

Lors de sa visite, la ministre en charge de la Citoyenneté a également annoncé que deux intervenants sociaux, au minimum, seraient déployés dans chaque département. En Ille-et-Vilaine, il y en a sept, bientôt huit, mais dans certains départements français, il n'y en a aucun. 

De plus, 16 nouvelles Maisons de Confiance et de Protection des Familles de la Gendarmerie seront ouvertes, d’ici la fin de l’année 2021, afin d’accompagner au mieux les victimes sur le terrain.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence conjugale société féminicide femmes justice marlène schiappa politique