Finale de Coupe de France 2019 : "C'est quand j'ai touché la Coupe que j'ai réalisé" se souvient le Rennais Adrien Hunou

Il y a un an, le 27 avril 2019, le Stade Rennais remportait sa 3e finale de Coupe de France. Une victoire, qui plus est, face au PSG, qui a marqué bien des esprits. Photos et vidéos à l'appui, l'attaquant rennais Adrien Hunou revient sur ce moment de "communion avec les supporters".

Aux côtés d'Hatem Ben Arfa et Benjamin André, Adrien Hunou (à droite) laisse éclater sa joie en soulevant la Coupe de France.
Aux côtés d'Hatem Ben Arfa et Benjamin André, Adrien Hunou (à droite) laisse éclater sa joie en soulevant la Coupe de France. © IAN LANGSDON/EPA/Newscom/MaxPPP

Comme tout le monde depuis mi-mars, Adrien Hunou est confiné. Sans match ni entraînement, l'attaquant du Stade Rennais a malgré tout accepté de fêter avec nous un anniversaire : celui de la troisième Coupe de France remportée par le Stade Rennais FC. C'était il y a un an : le 27 avril 2019. Les Rouge et Noir montaient à la capitale affronter le PSG, le grand favori de cette 102ème finale de la Coupe de France de football.
 

"À la fin, on ne retient que le vainqueur"


"C'est sûr que le PSG avait l'habitude de jouer pas mal de finales ces derniers temps" relativise Adrien Hunou. Le palmarès parisien est pour le moins étourdissant : douze victoires en finale de Coupe de France, dont les quatre dernières en date (entre 2015 et 2018). L'adversaire du soir avait de quoi impressionner, mais les Rennais étaient partis sur leur lancée.


On a vu de quoi on était capable lors de nos parcours en Coupe de France et en Europa Ligue, en battant notamment le Bétis Séville et Arsenal au match aller... Donc on savait qu'à partir du moment où on se donnait les moyens, on pouvait faire quelque chose... se souvient Adrien Hunou.


C'est évidemment plus facile à dire avec du recul, mais la confiance et l'envie étaient clairement plutôt du côté des Rouge et Noir en cette veille de finale. Lors de la conférence de presse d'avant-match, le vendredi après-midi, Thomas Tuchel, l'entraîneur du PSG avouait être "attendu au tournant", quand son homologue rennais Julien Stéphan et son capitaine Benjamin André espéraient eux, déjouer les statistiques.
 
Difficile pour les Rennais, de s'arrêter en si bon chemin : "C'est bien d'avoir battu Lyon et Lille [ndlr : Lille en 8ème de finale et Lyon en demi-finale] mais si tu ne vas pas au bout, à la fin, on ne retient que le vainqueur, donc c'était important de battre le PSG pour conclure ce beau parcours !"
 

"On ne pouvait pas stresser encore plus"


Le Stade de France, ce "stade mythique", Adrien Hunou, y était déjà allé, mais côté tribunes, lors de la finale de Coupe de France remportée par Guingamp en 2014. À l'époque Philippe Montanier ne l'avait pas retenu parmi les 18 joueurs rennais sélectionnés. Cette fois, l'attaquant a bien foulé la pelouse, prêt à bondir au premier signe de Julien Stéphan. "J'étais avec les copains. On est là les uns pour les autres, dans l'attente, à se tenir prêt si besoin." L'entraîneur du SRFC ne le fera finalement pas rentrer, mais depuis le banc, Adrien a vibré lors de ce match à suspens"Au départ, tout le monde voyait que cela allait être compliqué, mais un match de foot ça va très vite... Plus ça a duré, plus ça a tourné en notre faveur."

À égalité (2-2) au bout du temps réglementaire, PSG et Stade Rennais ont joué les prolongations sous la pluie, avant d'entamer la cruciale série des tirs au but. 
 

Là, on ne pouvait pas stresser encore plus, on ne pouvait pas aller plus 'au bout du bout' comme on dit. Comme les supporters, comme les téléspectateurs, on patientait avec beaucoup de stress...


Après cinq buts marqués de chaque côté, le suspens est à son comble jusqu'au tir non cadré du Christopher Nkunku (PSG).
Résultat : (6-5) pour le Stade Rennais, c'est l'explosion de joie :

Quand Nkunku tire au-dessus, tous les joueurs, le staff... on a tous couru vers les supporters pour se retrouver bras dessus, bras dessous. C'était un moment de communion extraordinaire ! C'était attendu depuis tant d'années !

 

durée de la vidéo: 03 min 53
Coupe de France de Football : Résumé de la finale Rennes / PSG 2019 ©France Télévisions


48 ans après avoir soulevé sa dernière Coupe de France, le Stade Rennais vient de contredire tous les pronostics, en battant, à l'usure, le PSG.

J'me suis réellement rendu compte qu'on l'avait fait, quand on est monté chercher la Coupe. De la sentir, de la toucher, de la communier avec toute la vague Rouge et Noir... Moi, à titre personnel, c'est à ce moment-là que j'me suis rendu compte qu'on avait réalisé quelque chose de très grand.


À Rennes comme à Paris, les Rennais ont pleuré, savouré, arrosé une bonne partie de la nuit, cette Coupe de France, la troisième après celles décrochées en 1965 et 1971.


Sur les deux places à Rennes, c'était "magique"


Au petit matin, c'est dans un train, alors qu'il faisait encore nuit, que nous avons retrouvé Adrien Hunou et d'autres joueurs du Stade Rennais. Surprise... Comme beaucoup de supporters -et nous-mêmes, équipe de France 3 Bretagne- : tout le monde cherchait à rentrer au plus vite à Rennes pour le "grand rendez-vous avec la ville".
 
La nuit avait été courte et la fête était loin d'être finie. Certains voyageurs espéraient (souvenez-vous) courir le Rennes Urban Trail dans la foulée. Difficile dans cette ambiance de se reposer... "C'est ce qui fait la beauté du football ! réagit Adrien Hunou. De pouvoir se retrouver dans des moments simples, dans un train... C'est des moments importants que je n'oublierai pas !"

De retour dans la capitale bretonne, c'est une foule de Rennais, tous parés de rouge et de noir qui attendaient de voir la Coupe et les héros du jour. Elle fut d'abord présentée sur l'esplanade Charles de Gaulle, puis depuis le balcon de l'Hôtel de Ville.
 

C'était magique ! Quand on a vu les deux places comme ça, remplies, c'était tout simplement extraordinaire. Moi qui suis à Rennes depuis une dizaine d'années, je n'avais jamais vu autant d'engouement, d'ondes positives dans cette ville. C'était aussi un moment de communion extraordinaire.

 
Sur son petit nuage, Adrien le reconnaît, il a voulu "savourer" un maximum ce week-end hors du commun : "Trois jours après on enchaînait contre Monaco. Il fallait profiter de ces moments-là...
 

C'est mon premier titre, c'est d'autant plus gratifiant que c'est avec mon club formateur. Quand on a été formé au club, qu'on a gravi les échelons, qu'on y a passé toutes les classes... De rendre au Stade Rennais ce qu'il m'a donné, c'est vrai que c'est magnifique. C'est une belle histoire !


Une expérience, inoubliable, qui donne envie à l'attaquant d'aller chercher encore plus de titres et de victoires : "Quand on est professionnel, compétiteur surtout, on espère forcément réitérer ce genre de performance... Continuer à vivre des moments comme ceux-là, parce qu'une carrière, c'est court. Il faut en tirer le maximum, individuellement et collectivement."
 
Cette année, le parcours du Stade Rennais en Coupe de France s'est arrêté à Saint-Etienne, en demi-finale. C'était le 5 mars. Cela ne faisait que quelques jours qu'on commençait à parler de coronavirus en Bretagne... Les Rouge et Noir étaient alors 3ème de Ligue 1, derrière le PSG et Marseille.

La dernière fois qu'Adrien Hunou a joué et marqué, c'était le 8 mars dernier, face à Montpellier. Victoire du Stade Rennais 5/0 au Roazhon Park, dans le cadre de la 28ème journée. La dernière jouée avant d'être confiné.
 



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport stade rennais fc coupe de france psg
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter