Cet article date de plus de 3 ans

Les fléaux des abeilles, au cœur du congrès des apiculteurs à Rennes

Les apiculteurs et protecteurs des abeilles sont à Rennes ce week-end pour un rassemblement d'ampleur nationale. C'est le 42ème Congrès National de la FNOSAD, Fédération Nationale des Organisations Apicoles Départementales, organisé à l'INSA de Rennes .


© AFP
Exposition de matériels apicoles et de produits régionaux, concours photos, conférences, c'est le programme du Congrès national des apiculteurs de la FNOSAD, qui se déroule ce samedi 18 et ce dimanche 19 novembre à l'Insa de Rennes.

Les abeilles confrontées à plusieurs fléaux 


Mais les professionnels de l'apiculture et les scientifiques, ne manquent pas de rappeler les problèmes auxquels ils sont confrontés. Les pesticides utilisés par les agriculteurs pour traiter leurs cultures constituent le premier fléau. Ils affaiblissent les ruches, les insecticides tuant les abeilles. Seule solution, limiter au maximum les contacts entre les petites bêtes et les produits.
Interview de Etienne BRUNEAU délégué du CARI :
durée de la vidéo: 00 min 33
interview de Étienne Bruneau délégué du CARI ©France 3 Bretagne


Second péril, les invasions de frelon asiatique, qui attaque les ruches au moment du début de l'hivernage au mois de septembre. Le frelon mange les abeilles et consomme également le miel.

Troisième gros problème, le varroa, un parasite apparu dans les années 90. Ce parasite est un incubateur de virus, qui augmente la mortalité des abeilles et réduit la production. Les moyens de traitement utilisés ne sont plus assez efficaces. Des problématiques, qui sont loin d'être réglées et qui font l'objet des conférences du congrès.
durée de la vidéo: 01 min 50
Congrès à Rennes de la Fédération Nationale des Organisations Apicoles Départementales ©France 3 Bretagne


De moins en moins de diversité florale


La mutation de l'agriculture en particulier en Bretagne, avec l'extension des champs et des cultures, a vu la disparition des haies, des talus et des fossés. C'est ainsi, explique Gwénaël Delamarche, apiculteur dans le Pays de Josselin, dans le Morbihan, "tout un écosystème qui disparaît". Il y a dans la nature une moins grande diversité florale, qui permettait aux abeilles de se nourrir, et de produire une plus grande quantité de miel. Ces fleurs sauvages, c'était une diversité de pollens, qui renforçait la colonie d'abeilles et sa capacité à lutter contre les maladies. Des fléaux, qui font que la production de miel est en constante diminution depuis des années en Bretagne, comme sur l'ensemble du territoire.

L'interview de Gwénaël Delamarche, apiculteur dans le Morbihan

Congrès des apiculteurs à Rennes

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
apiculture agriculture économie