Le site de La Janais à Rennes, une vitrine de l'industrie de demain ?

Le site industriel de La Janais près de Rennes va-t-il muter en zone d'activité 4.0 ? Après avoir été le site historique de construction de véhicules pour les groupes PSA et Citroën, les 220 hectares accueillent de plus en plus d'entreprises tournées vers l'innovation, la performance énergétique ou encore l'efficacité industrielle.

Aux côtés du fabricant automobile Stellantis, Safran installera en 2027 un nouveau site pour la production de pièces de moteurs d'avions. Des premiers contacts du côté de chez Microsoft, ont aussi été pris auprès de la commune de Chartres de Bretagne, dont dépend La Janais pour l'implantation d'un Méga Data Center. Avec l'ambition pour ce site de la Janais de devenir "une zone d'activité 4.0, un lieu d'accueil de l'industrie demain, (...) pour la construction durable et la mobilité décarbonée" selon Nathalie Appéré, Président de Rennes Métropole.

Un avenir optimiste après des années sombres

Depuis 1958, il fait partie du paysage de l'agglomération rennaise. Le site industriel de La Janais choisit à l'époque par Citroën pour sa première implantation de fabrication de voitures en dehors de la région parisienne avec sa main-d’œuvre peu chère. Avec les heures glorieuses de l'industrie automobile qui a fait travailler ici plus de 10 000 salariés, puis les jours plus sombres avec en 2015, et la fermeture définitive évitée de peu.

La Janais doit devenir une vitrine de l'industrie de demain

Nathalie Appéré

Présidente Rennes Métropole

Mais la Janais pourrait renouer avec le succès. Grâce à la mise en place d'un PEI, un "Pôle d'Excellence Industrielle". C'est du moins l'objectif de Rennes métropole et de la Région Bretagne qui ont décidé d'en faire une "vitrine de l'industrie de demain" indique Nathalie Appéré. La Communauté de Communes a d'ailleurs déjà acquis plus d'un tiers de la surface totale cédée par Stellantis. Des réserves foncières pour accueillir de nouvelles entreprises et aussi des bâtiments. Mais pas n'importe lesquelles. Car l'objectif est avant tout pour Rennes Métropole d'accompagner l'installation d'industries "pauvres en carbone et riches en emplois" de l'aveu même de Nathalie Appéré.

Des industries hyper-technologiques

Parmi les acteurs déjà installés à La Janais aux côtés de Stellantis, la société Euroshelter. Une entreprise spécialisée dans la fabrication d'unités mobiles pour les armées françaises et étrangères, comme des stations radars, postes de commandement avancés ou encore des systèmes de contrôle sol-air… Pour son activité, Euroshelter s'est installée dans un bâtiment de plus de 6 000 mètres carrés laissés vacants par le fabricant automobile.

À Lire aussi : Industrie : le site de la Janais va abriter Euro-Shelter et sa production d'unités mobiles à vocation militaire

Nous voulons faire de Safran Turbine Airfoils une vitrine pour le groupe en matière d’innovation, d’efficacité industrielle et de performance énergétique.

Olivier Andriès

Directeur Général Safran

En 2027, c'est une autre major de l'industrie qui va poser ses valises à La Janais et investir sur place 80 millions d'euros. Le groupe Safran, déjà implanté à Dinard et Fougères, y fabriquera des pièces pour des moteurs d'avions, plus précisément des aubages de turbines sous l'entité Safran Turbines Foils. D'abord pour le programme M88 dans le domaine militaire, mais aussi dans le cadre du moteur LEAP, destiné à certains avions de ligne d'Airbus ou Boeing. Pour Olivier Andriès, directeur général de Safran, "L'implantation de Safran Turbine Airfoils (à La Janais) est une décision stratégique qui témoigne de notre soutien à la souveraineté nationale et à la renaissance industrielle de la France."

A Lire aussi : Une "jolie prise" pour Rennes Métropole. Safran choisit La Janais pour sa nouvelle fonderie de moteurs d'avion

Deux cents emplois seront créés. Avec des profils d'ingénieurs, de techniciens spécialisés en fonderie ou en procédés thermiques. Le site Safran de La Janais travaillerait en étroite collaboration avec le site historique de la fonderie Safran de Gennevilliers en région parisienne. Pour l'occasion, la Région Bretagne, elle, accompagnera le groupe industriel avec un "plan de formation spécifique".

Des Mega Data Centers pour Microsoft

Les collectivités territoriales espèrent attirer d'autres grands noms, comme Microsoft. Le géant américain du numérique a déjà créé à Rennes en fin d'année dernière sa première école de Cybersécurité en collaboration avec l'entreprise Simplon et en partenariat avec Metsys, Advens et le groupe Roullier. Mais Microsoft pourrait aller plus loin. Car le groupe, dont le siège est basé à Seattle aux États-Unis, envisage de créer un Mega Data Centers. Le site de la Janais fait partie des hypothèses pour s'installer. Seulement voilà, contrairement à l'intérêt porté par Philippe Bonin, le Maire de Chartres de Bretagne pour qui "ce scénario de voir arriver un acteur mondial du digital serait une opportunité", Rennes Métropole et sa Présidente ne le voient pas du même œil. Pour la collectivité, le Pôle d'Excellence Industriel de La Janais "n'a pas vocation à accueillir ce type d'activités, au-delà de son incapacité à accueillir des activités aussi consommatrices de foncier."

Pourtant, Microsoft dont les installations européennes pour ses giga data sont basées en Irlande, cherche absolument à revenir sur le continent. Le groupe américain s'est donc intéressé à plusieurs régions comme la Normandie, ou l'Aquitaine mais aussi la Bretagne avec le site de La Janais. 

Conséquence, face à cette fin de non-recevoir de la part de Rennes Métropole, les potentiels emplois à la clef pour la création de ces data centers de Microsoft pourraient être créés ailleurs. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité