Réforme des retraites. Toujours des tensions et des blocages ce mardi 21 mars en Bretagne

Après une nuit agitée notamment à Brest et Rennes, des blocages ont eu lieu ce mardi matin sur certains axes de circulation autour des grandes villes. La situation est revenue à la normale en milieu de matinée, mais d'autres perturbations sont à prévoir. A Lorient et près de Rennes, les dépôts pétroliers restent bloqués.

Comme le reste du pays, la Bretagne reste en ébullition ce mardi matin 21 mars, alors, que la réforme des retraites a été définitivement adoptée lundi soir, après le rejet de la seconde motion de censure, et qu'Emmanuel Macron doit s'exprimer ce mercredi à 13 heures à la télévision.

À Vannes, des sites de transport routier ont été bloqués vers 6 heures ce 21 mars dans la zone du Prat, à l’appel notamment de la CGT.

Par ailleurs, une centaine de manifestants ont perturbé l'accès à Vannes par la voie express, et l'accès à Lanester pour les automobilistes qui venaient de Lorient. " Nous sommes déterminés à aller au bout ", ont clamé les manifestants.


À Brest, le rond-point du spernot, boulevard de l’Europe, menant à la déchèterie où est traitée et incinérée la majorité des déchets de la ville, reste bloqué. L’intersyndicale reste déterminée à poursuivre le blocus du rond-point " jusqu’au retrait du 49.3 ! "

A Rennes, la circulation près du centre Alma, au sud de la ville, était fortement perturbée à 7h30.
Une autre tentative de blocage a échoué au niveau du rond-point de la Poterie, pompiers et agents municipaux ont dégagé la voie.

En revanche, une cinquantaine de personnes bloquent depuis 4h30 ce mardi matin le dépôt de bus de Baud-Chardonnet. La circulation des bus reste très perturbée dans la métropole. Selon la Star, les lignes C2-C3-C4-10-12-14-32-34-64 ne circulent pas.
Les lignes C6-11-13-50-53-59 sont très perturbées (certains départs non assurés).

Les deux lignes de métro et les autres lignes de bus fonctionnent normalement.

Les dépôts pétroliers bloqués

A Lorient, le dépôt pétrolier de Lorient reste bloqué ce mardi matin. Plusieurs dizaines de salariés des entreprises du port ont pris place devant les entrées du dépôt vers 7 heures ce mardi matin.

Dockers, agents du port et de l’arsenal, ils sont une petite centaine à bloquer entrée et sortie. Le nombre des camions citerne qui attendent de remplir est stable. Une épaisse fumée noire envahit la rue. Les forces de l’ordre sont présentes sur place mais aucune échauffourée n’est à déplorer pour l’instant.

Le lundi 20 mars, la CGT dockers avait appelé à une opération « port bloqué » et une grève reconductible de 72 heures.


Par ailleurs, le dépôt pétrolier de Vern-sur-Seiche, près de Rennes etait toujours également bloqué ce mardi matin. 

Enfin, le port pétrolier de Donges, en Loire-Atlantique, a lui été débloqué par les forces de l'ordre ce mardi matin, pour permettre le déchargement d'un pétrolier venu décharger sa cargaison de gasoil sur le port.

Le terminal pétrolier de Donges, près de Saint-Nazaire était occupé depuis une semaine par des grévistes, des agents de la raffinerie, des dockers, ou encore des salariés de la centrale thermique de Cordemais.

L'intervention des gendarmes mobiles a débuté vers 2 heures du matin dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 mars.

A l'aube, la zone était sécurisée. Les forces de l'ordre ont notamment éteint les feux allumés par les manifestants.

Des violences dans la nuit

À Rennes, entre 300 et 500 jeunes sont rassemblés dans le centre-ville. Des feux ont été allumés et des dégradations commises, notamment sur des agences immobilières. Du mobilier urbain et le bâtiments de la mairie ont également été touchés.
Mobilisées, les forces de l’ordre ont reçu des tirs de projectile, selon un communiqué du procureur de la République.

Toujours selon ce communiqué, une intervention a eu lieu place Saint-Anne où un feu avait été allumé.
Au total, 9 personnes ont été interpellées.

À Brest, des affrontements ont opposé manifestants et forces de l’ordre dans le centre-ville lundi soir. Le premier rassemblement tenu Place de la liberté a vu se regrouper 500 personnes venues contester la réforme des retraites. 
Les manifestants se sont déplacés, jusqu'à ce que des affrontements éclatent avec les forces de l'ordre rue de Siam vers 19h30.

Le Préfet du Finistère, Philippe Mahé, condamne très fermement les dégradations commises par certains groupes violents de manifestants lors de ces évènements. 
Au final, les forces de l'ordre ont procédé à trois interpellations. Aucun blessé n’est à déplorer. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité