Sécheresse. La Bretagne enregistre un "triste record" avec de nombreux cours d'eau à sec l'été dernier

Sécheresse, rivières à sec, fragilité des nappes phréatiques, mauvaise qualité des eaux de surface, épisodes d'algues vertes, pesticides et herbicides dans les eaux de surface : le rapport de l'Observatoire de l'Environnement en Bretagne présente des chiffres alarmants.

"Triste record" pour une région réputée aussi pluvieuse que la Bretagne : durant la sécheresse de l'été 2022, l'écoulement était invisible ou nul pour 40% des points de mesure des cours d'eau bretons, révèle un rapport publié ce mercredi 22 février.


"La sécheresse de l'été 2022 a pour la première fois touché les quatre départements bretons de manière durable" et brutale, a rappelé Aurélie Mestres, présidente de l'Observatoire de l'environnement en Bretagne (OEB) en présentant à la presse les "Chiffres clés de l'eau en Bretagne".

Avec mes collègues élus, jusqu'à présent on parlait un peu de réchauffement climatique. Là on l'a pris en pleine poire.

Jérémie Allain

vice-président de l'OEB et conseiller à la biodiversité de Lamballe Terre & Mer (Côtes-d'Armor).

La Bretagne souffre comme l'ensemble de la France d'un déficit pluviométrique marqué, une situation d'autant plus préoccupante que la région est extrêmement dépendante aux eaux de surface.

Lire : Conso. Le récupérateur d’eau de pluie XXL : la nouvelle tendance pour les particuliers

Selon le rapport de l'OEB, 76% de l'eau potable en Bretagne est produite à partir des eaux de surface, alors que dans le reste de la France, elle provient aux deux-tiers des eaux souterraines (nappes phréatiques, etc.) 

Ille-et-Vilaine: triste constat pour la qualité des eaux

Le phénomène est encore plus marqué dans le département de l'Ille-et-Vilaine (le plus peuplé de la région avec plus d'un million d'habitants), où les dernières restrictions liées à la sécheresse n'ont été levées que fin janvier.

"L'Ille-et-Vilaine est un secteur névralgique, particulièrement sensible avec seulement 2% des eaux de surface qui sont considérées en bon état" sur un plan écologique, déplore Delphine Alexandre, vice-présidente de la Région chargée de la santé, de l'eau et de la biodiversité.

Globalement, la qualité de l'eau s'est certes améliorée depuis les années 1990 pour la pollution aux nitrates et au phosphore, "traduction des efforts mis en œuvre par les acteurs locaux" et notamment le monde agricole, relève Aurélie Mestres.

Algues vertes, pesticides, cyanobactéries  

Mais les teneurs ont tendance à stagner désormais, ce qui explique les nombreux épisodes d'algues vertes et de cyanobactéries toxiques, nourries par ces rejets, ajoute-t-elle.

Le tableau est nettement moins bon pour les pesticides dans les cours d'eau, où les herbicides et les métabolites (substances produites par la dégradation de molécules dites "mères", parfois plus toxiques et persistantes que ces dernières) sont présents dans plus de 99% des 239 stations analysées en 2020.

Par exemple, "le glyphosate, première substance active vendue en Bretagne (...) ainsi que son métabolite l'AMPA, sont quantifiés dans respectivement 35% et 64% des stations dans lesquelles ils sont recherchés", note le rapport.

CJ avec AFP

L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité