Route du Rhum 2022. Une soirée agitée pour les skippers. Après avoir chaviré, Thibaut Vauchel-Camus secouru, trois autres navigateurs ont démâté

Les skippers de la Route du Rhum ont passé une soirée agitée. Thibaut Vauchel-Camus a chaviré, mais a été secouru ce matin, tandis que Louis Burton, Aurélien Ducro et Amélie Grassi ont démâté. La situation en mer est actuellement plus apaisée.

La nuit de samedi à dimanche n'a pas été de tout repos. Après un premier passage de front puis la traversée d’une dorsale, les skippers de la Route du Rhum ont fait les frais d’une deuxième perturbation très active dans la soirée. D'après les organisateurs de la course, ces incidents ont été provoqués par un coup de vent court dans la durée mais d’une violence inouïe.

Thibaut Vauchel-Camus a chaviré puis secouru

Il était en tête de la course dans la catégorie Ocean Fifty, Thibaut Vauchel-Camus, qui participe pour la 3è fois à la Route du Rhum, a chaviré hier soir entre le Portugal et les Açores. Ce dimanche matin, son équipe a annoncé que le skippeur originaire de la Guadeloupe a été secouru. "Il va bien et le Merida, bateau de sauvetage mené par Adrien Hardy et affrété pour l’occasion, est sur zone. L’équipe sécurise actuellement l’Ocean Fifty dans le but de le remorquer vers les Açores", précise son équipe.
Le navigateur, qui avait pris la tête au classement hier soir, venait de passer le second front froid du début de la course. "Il naviguait de nouveau vers le sud-ouest tribord amures lorsque Solidaires En Peloton - ARSEP a chaviré", précisent les organisateurs de la course.

Démâtages en série

Hier, en fin de d'après-midi déjà, l'Imoca Bureau Vallée de Louis Burton, qui évoluait dans le top 10, a démâté. L'équipe du navigateur assure qu'il va bien. Malgré sa déception, Louis Burton a pris la route vers la Corogne. "C'est de l'incompréhension face aux conditions de la mer et du bateau".

Si le skipper Aurélien Ducroz réussissait à tenir le rythme de la course depuis son départ, il a lui aussi démâté ce samedi soir. Ce dernier progressait dans des conditions particulièrement éprouvantes. "Dès l’annonce de l’avarie, son équipe a tenu à rassurer en affirmant que le skipper était en sécurité et ne souffrait d’aucun dommage physique", soulignent les organisateurs. Avant son démâtage, il était au 11e rang au classement, à moins de 30 milles du leader, Corentin Douguet.

Un peu plus tard dans la soirée, c'est au tour d'Amélie Grassi de prévenir son équipe et la direction de course qu'elle venait de subir un démâtage à bord du Class40 La Boulangère Bio. Selon les organisateurs, "la skippeuse naviguait en 10e position au large du Cap Finisterre. Amélie va bien et n’est pas blessée. Il n’y a pas de voie d’eau à bord de La Boulangère Bio".

La situation de nouveau apaisée

Depuis ces événements, la situation s’est nettement apaisée pour l’ensemble de la flotte. Dans sa grande majorité, elle évolue, ce dimanche 13 novembre, dans un régime de traine d’ouest instable et assez soutenu, en direction des Açores.