Capture de dauphins. Le gouvernement dévoile son plan de lutte. "On va encore ramasser des cadavres".

Le 20 mars 2023, le Conseil d’État avait exigé du gouvernement la mise en oeuvre de fermetures spatiales et temporelles des pratiques de pêche responsables des captures de dauphins dans le Golfe de Gascogne. Le Secrétariat d’État à la mer vient de prendre un arrêté visant la réduction des captures accidentelles de petits cétacés par les engins de pêche. Dans la zone, la pêche sera fermée pour une période de 30 jours du 22 janvier au 20 février. Les associations de défense de l’environnement jugent l’arrêté insuffisant et envisagent de se tourner à nouveau devant le Conseil d’Etat.

En réponse à la décision du Conseil d’Etat du 20 mars 2023, "le Gouvernement renforce le plan d’action d’urgence qu’il a mis en place à l’automne 2022, visant à réduire les captures accidentelles de petits cétacés (dauphin commun, grand dauphin et marsouin commun) dans le golfe de Gascogne, et ce pour une période de 3 ans (2024-2026) ", annonce le secrétariat à la mer dans un communiqué. 

Pour la première fois, la pêche sera fermée dans l’ensemble du golfe de Gascogne," soit une très large zone (188 500 km2) qui couvre plus de 75% des eaux françaises de la façade Atlantique-Manche, détaille l’arrêté. La fermeture couvrira une période de 30 jours, du 22 janvier au 20 février. "

C’est la période où le plus grand nombre de captures accidentelles a été constaté. "L’ensemble des filets et chaluts à risque d’interaction sont concernés, précis l'arrêté, à savoir les chaluts pélagiques et de fonds en bœuf, les filets maillants calés et trémails. Près de 600 navires français sont ainsi concernés par cette mesure."
Les associations de défense de l’environnement demandaient une fermeture de la pêche pour une période de 3 mois, elles parlent d’un arrêté qui n’aura aucun impact. 

"Trop de dérogations tuent l'arrêté"

Car le secrétariat d’Etat prévoit des dérogations. Le plan de lutte prévoit le déploiement de dispositifs techniques, comme les Pingers (répulsifs sonores fixés sur la coque du navire de pêche qui émettent lors de ma mise à l’eau du filet, des balises acoustiques sur les filets,  et des réflecteurs acoustiques passifs sur les filets droits, permettant d’augmenter la visibilité des filets vis-à-vis des dauphins. 

"Afin d’éviter que la mesure de fermeture ne mette en difficulté l’évaluation de ces dispositifs techniques et l’amélioration des connaissances pendant la période à plus fort risque, les navires équipés de ces dispositifs techniques et/ou de caméras embarquées seront exemptés de la mesure spatio-temporelles en 2024. Cette exemption concernera l’ensemble des navires équipés de dispositifs techniques contribuant à la réduction des captures accidentelles de petits cétacés."

En gros, il suffira d'avoir une caméra à bord pour aller pêcher.

LPO

"En gros, il suffira d’avoir une caméra à bord pour pouvoir pêcher ", s’agace la LPO. "Aucun pêcheur ne restera au port. "


L’association conteste l’efficacité de ces Pingers. "Nous n’avons aucune preuve que cela fonctionne, nous avons même des retours qui nous disent que c’est pire. Si on éloigne les dauphins des endroits où ils se nourrissent, on les empêche de manger, cela crée des problèmes de famine. Et certains dauphins ont bien compris que quand ils entendent le bruit, cela veut dire qu’il y a un bateau en pêche et donc du poisson, et ils se font prendre dans les filets."

Un suivi scientifique 

Le secrétariat d’Etat à la mer promet que "des caméras embarquées seront installées sur les navires volontaires, avec l’objectif d’équiper une part importante des fileyeurs (100 navires) et l’ensemble des chalutiers à risque (40 navires) d’ici fin 2024."
Un plan de contrôle renforcé sera mis en place dès cet hiver. Les affaires maritimes devront veiller au respect de la période de fermeture. 

"Nos équipes ramassent des dauphins morts tout l’hiver sur les plages soupire la LPO.

Selon l’observatoire Pelagis, au cours de la saison hivernale, du 1er décembre à ce jour (3 avril), environ 1 380 petits cétacés ont été retrouvés échoués morts sur les côtes atlantiques et 70 sur les côtes de la Manche. 


Le Conseil d’Etat  avait ordonné au gouvernement de fermer certaines zones de pêche dans l'Atlantique, jugeant que "es mesures actuelles ne permett(ai)ent pas de garantir un bon état de conservation favorable des espèces de petits cétacés (dauphins communs, grands dauphins et marsouins communs)", poursuit la LPO. "On va retourner le voir et lui expliquer que le gouvernement se moque de lui. "

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bretagne
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité