Écologiste et militante pour la paix, Simone de Bollardière est décédée

La militante écologiste et défenseure des droits de l'homme Simone de Bollardière s'est éteinte à l'âge de 98 ans. La femme du général Jacques Pâtis de Bollardière, qui s'opposa à la torture en Algérie, était de toutes les luttes, du Larzac à la gare de Quimperlé.
Simone de  Bollardière lors d'un meeting écologiste aux élections régionales de mars 2010, à Lorient
Simone de Bollardière lors d'un meeting écologiste aux élections régionales de mars 2010, à Lorient © PHOTOPQR/OUEST FRANCE
"Toute ma vie je me suis battue" écrivait Simone de Bollardière dans une énième lettre pour appeler à la mobillisation, cette fois pour le fonds de dotation non-violence XXI. La militante originaire de Nantes est décédée à l'âge de 98 ans chez elle, à Guidel, où elle vivait depuis 1962. 

La veuve du général Jacques de la Bollardière a commencé, avec son mari, à se révolter contre la torture durant la guerre d'Algérie. Il fut en effet le seul officier supérieur à dénoncer ces pratiques.

La guerre c'est destructeur pour la personne. C'est destructeur pour tout le monde. Après on se retrouve on n'est plus les mêmes, on a changé de planète. On n'a pas le droit de faire ça. 

Simone de Bollardière en 2003 alors qu'elle rejoint le collectif "Pas en notre nom" qui milite contre la guerre en Irak


"Comment est-ce qu'on peut amener une démocratie avec la guerre ? Quand on voit toutes ces armes et ces tonnes de munition qui vont tomber sur la tête de ces irakiens, hommes, femmes, enfants. Une fois qu'ils seront tous morts, on pourra leur apporter la démocratie. ca ne tient pas. Il n'y aucune raison de faire la guerre à ce pays étant donné qu'il commence à désarmer", disait-elle en 2003 à propos de la guerre en Irak. 


Des actions non violentes pour faire avancer les causes


Simon de Bollardière s'est engagée toute sa vie, toujours de manière pacifique. Elle a embrassé la cause paysanne sur le Larzac, s'est opposée au projet de centrale nucléaire à Plogoff. Elle se sera dressée sur les rails de Quimperlé, pour défendre sa gare et sa desserte. Elle a aussi milité aux côtés d'Eaux et Rivières
 

Simone de Bollardière avait cinq filles dont Armelle. Celle-ci confie : "Ma mère est partie paisiblement, avec beaucoup de joie." Elle évoque une femme qui gardait toujours confiance et foi en l'humanité, "avec l'espoir de paix et de justice qu'elle aimait transmettre aux plus jeunes, lors d'interventions dans les lycées." "C'était aussi une femme engagée pour les femmes, pour qu'elles se fassent entendre." 
 

Les membres d'Europe écologie les Verts lui rendent hommage


Dans un communiqué les membres d'EELV rendent hommage à Simone de Bollardière. "C’est avec beaucoup d’émotion que les membres d’EELV Bretagne, particulièrement les plus ancien-nes, ont appris le décès de Simone de Bollardière en ce début décembre. Celle qui parfois se qualifiait de "grand-mère des Verts" avait répondu, si souvent et avec tant de gentillesse, présente à nos sollicitations de soutien !

Nous garderons en mémoire le mélange de simplicité, de bienveillance et de détermination qu’elle mettait dans les combats qu’elle menait pour la paix, pour l’égalité, pour l’humanité."


Les obsèques de Simone de la Bollardière auront lieu le 9 décembre à 14 h 30 l'église de Guidel. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
disparition écologie environnement