Relocalisation, réinsertion, qualité au travail... Les culottes la Minette, le made in Breizh qui se veut irréprochable

Publié le Mis à jour le

Au printemps 2020, deux jeunes baroudeurs bretons créaient La Minette, une culotte menstruelle bio et écolo, durable et écoresponsable. Le mois dernier, l’entreprise a rapatrié sa production à Plescop dans le Morbihan et appuie désormais sur la touche sociale. Emplois en réinsertion, respect du travail des couturières, La Minette veut tout bien faire.

Bienvenue à la maison ! Les culottes menstruelles La Minette sont nées dans le Morbihan il y a deux ans. Depuis février 2022, elles y sont aussi confectionnées. Ses deux créateurs, Maëlla Vicaud et Teddy Catiaux, ont trouvé un atelier à Plescop.  

Souvenez-vous,en avril 2020 , ces deux Morbihanais alors âgés de 20 ans et de retour d’un long voyage, se lancent dans l’aventure de la culotte lavable et réutilisable.
Leur entreprise, la Minette, basée à Elven dans le Morbihan, se heurte d’entrée aux confinements. Mais ils sont moins impactés que d’autres car leurs principes sont clairs : pas de production dans des pays lointains et pas chers, pas de matières premières venues du bout du monde. La dentelle des culottes est fabriquée du côté de Lyon et le coton, bio, labellisé, est tricoté à Amiens.
" La fabrication française, c'est la base du projet, rappelle Maëlla . On fait moins de marge mais le but c'est le respect de tous. Et on a fait tant de belles aventures  humaines!"

Une belle rencontre made in breizh

Car à la faveur d’une rencontre avec les dirigeants d’Ergotech, sur le salon du ‘Made in France’, Maella et Teddy parviennent à relocaliser la confection de leurs culottes en Bretagne, à Plescop.
" On les connaissait un peu mais on ne savait pas qu'ils pouvaient faire des culottes, raconte Maëlla.  C'est un couple qui a le même âge que nous, et sutout le même état d'esprit, en matière d'écologie, de social. Donc on s'y retrouve"
Parmi la trentaine de personnes qui travaillent sur la ligne de production, presque toutes sont en réinsertion ou en situaton de handicap.

La fabrication est maintenant 100% bretonne, on en est très fiers. En plus on a augmenté en qualité et en réactivité. 

Maëlla Vicaud, co-fondatrice de "La minette"


Cet emménagement permet aussi de réduire encore la trace carbone et les coûts de transport.  
Pour les dirigeants de la Minette, c’est aussi un confort en plus, puisque leurs locaux sont situés à 25 kilomètres de l’atelier de couture.

Respect des clientes…

A Plescop, une ligne de production est désormais dédiée aux culottes de la Minette. 15 000 exemplaires de culottes ont déjà été commandés.
Ces culottes d’apparence basique, contiennent plusieurs parties dont une partie absorbante et une partie imperméable. Depuis les débuts, les stylistes ont pris en compte les avis des clientes pour améliorer le confort. " Nous sommes très attentives au attentes des clientes, relate Maëlla . On échange beaucoup".

… et des couturières 

Perfectionniste et consciencieux, Teddy et Maëlla gèrent également toute la communication de leur collection, et ne laisse passer aucun détail.
Sur leur page facebook, plusieurs posts mettent en avant les salaires indécents dans le monde de la couture et insistent sur le fait de savoir bien rémunérer une couturière.
" La production est chère, explique Maëlla. C'est pourquoi ça nous tenait à coeur de communiquer sur les conditions de travail des couturières, sur le respect du droit du travail". 

En 2020, au moment du lancement de leur première collection, ils avaient insisté auprès du photographe qui les accompagnait de ne pas retoucher les photos : " nos modèles sont naturelles. Cela se voit et s'apprécie ! "  

 

De nouveaux modèles à venir

Les deux fondateurs et gérants de la Minette sont actuellement aidés d'une styliste stagiaire et deux apprentis qui s'occupent de la communication et de démarches commerciales.
A l'avenir, l’idée est de joindre l’utile à l’agréable en rendant les culottes de règle à la fois utiles et jolies.  Elles sont apparemment plébiscitées par les femmes, qui  demandent aussi des modèles pour leurs filles. " Nous allons langer une gamme pour adolescentes dans les prochains mois, indique Maëlla . Nous travaillons sur une gamme haute et une autre tournée sur le sport".


Des modèles de fabrication 100% bretonne, vendues pour l'instant dans toute la France et des pays limitrophes. En attendant plus.