Visite de Annick Girardin dans le Morbihan : un premier échange avec la filière pêche

Annick Girardin a passé une partie de la journée de ce 28 juillet dans le Morbihan, pour un premier déplacement dans la région. Après un passage sur l'île de Groix, elle a rencontré le président du Comité régional des pêches à Lorient, avant de se rendre à la Cité de la Voile. 
Annick Girardin, ministre de la Mer lors de sa visite dans le Morbihan
Annick Girardin, ministre de la Mer lors de sa visite dans le Morbihan © Fred TANNEAU / AFP
"Je crois qu'il y a une priorité pour moi, c'est que les Français comprennent, aiment mieux la mer. Il faut faire comprendre que chacun a une responsabilité dans cet écosystème maritime et littoral qui a besoin d'être protégé, valorisé." Annick Girardin était en déplacement ce 28 juillet dans le Morbihan, pour la première fois en Bretagne depuis l'obtention de son mandat. "400 000 emplois découlent de ce secteur. Je fais le pari que d'autres emplois pourraient en découler, d'une stratégie globale et intégrée" a-t-elle notamment rappelé.

Lors de cette journée, après une visite sur l'île de Groix, elle avait notamment rendez-vous à Lorient, pour une rencontre avec le président du Comité Régional des Pêches et les représentants de la conchyliculture. 
 


Rendre la mer et l'économie maritime plus visibles 


À Lorient, la ministre a souligné : "La France doit porter des messages hauts et forts de développement". Parmi les dossiers épineux sur la table, la mortalité des cétacés et les responsabilités des pêcheurs. "Les premiers veilleurs de comment évolue la mer, ce sont les marins pêcheurs. Ce sont eux qui sont sur la mer, qui peuvent alerter. Ils ont peut-être des responsabilités mais aussi des solutions" a-t-elle argué. Autres problématiques abordées : l'éolien en mer, ou encore la surpêche. A ce sujet, la ministre espère une politique européenne plus organisée et construite.

"Maintenir l'activité telle qu'on la connaît aujourd'hui, éviter les catastrophes économiques suite au Covid, ce sont les dossiers urgents" selon Olivier Le Nézet, président du Comité Régional des Pêches. Il s'est pourtant dit confiant. "Elle se trouve dans un esprit combatif, elle a une réelle stratégie maritime, avec un calendrier" a-t-il relevé. "La filière est en appui derrière elle pour tous les enjeux à venir."

De son côté, Goulven Brest, président du Comité Régional de la Conchyliculture a tiré un bilan positif de cette rencontre : "Ce que je retiens aujourd'hui, c'est qu'on a une ministre qui a décidé que la mer serait un vrai sujet au sein du gouvernement, de le prendre à bras le corps." "Nous avons évoqué la qualité de l'eau, un enjeu commun avec la pêche. Le premier point c'est le norovirus, c'est l'essentiel à régler en premier lieu."  Selon lui, les choses devraient évoluer dans les prochaines semaines. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique mer nature pêche économie