Voile. Jérémie Beyou sera au départ du Vendée Globe 2024 avec un nouveau bateau Charal 2

Jérémie Beyou a dernièrement bouclé l’édition du Vendée Globe 2020-2021 à la 13e place, obligé de faire demi-tour aux Sables-d'Olonne en tout début de course. Il vient d'annoncer poursuivre son aventure avec son sponsor Charal et s'aligner avec un nouveau bateau sur le prochain Vendée Globe. 

Jérémie Beyou, sur Charal, lors de son arrivée et la remontée du chenal aux Sables d'Olonne, pour sa 13e place dans le Vendée Globe 2020-2021
Jérémie Beyou, sur Charal, lors de son arrivée et la remontée du chenal aux Sables d'Olonne, pour sa 13e place dans le Vendée Globe 2020-2021 © Jean-Marie Liot/Alea

Jérémie Beyou vient d'annoncer ce mardi 4 mai lors d'une conférence de presse, qu'il s'alignerait avec un nouvel Imoca en 2024 au départ du Vendée Globe et ceci avec son partenaire depuis quatre ans, Charal. Le partenariat entre la première marque de viande en France et le skipper finistérien est prolongé jusque La Route du Rhum 2026.


"Un bateau pour faire face à la concurrence"

Le nouvel Imoca sera un plan Manuard, avec une étrave "très spatulée" et peut-être une étrave de type "scow" soit ronde. "Pour le savoir, il faudra venir à la mise à l'eau à Lorient le 30 juin 2022" a précisé Jérémie Beyou. Charal 2 alliera "finesse et puissance" selon Sam Manuard, l'architecte et fera partie de ces "bateaux plus résistant et plus résilients".

Selon le skipper, "il était nécessaire de construire un nouveau bateau pour faire face à la concurrence". La construction sera effectuée par le chantier lorientais CDK Technologies, "comme pour Charal 1" a ajouté le navigateur. 

Le coût de la construction avoisinera les 6 millions d'euros, dans "les cout du marché" selon Mathieu Bigard, le directeur du Groupe Bigard [maison-mère de Charal, NDLR]. Le bateau devrait aller "2 à 3 nœuds plus vite que Charal 1" selon Jérémie Beyou.


"J'y retournerai jusqu'à ce que je gagne"

Le 6 février dernier, Jérémie Beyou franchissait à 9h15 la ligne d’arrivée des Sables d’Olonne après 89 jours et près de 19 heures de course autour du monde en solitaire sans escale et sans assistance. 29 728,45 milles en solitaire dont une bonne partie en dernière position.

En effet, celui qui apparaissait comme l’un des grands favoris avant le départ de l’épreuve, avait dû revoir ses ambitions après avoir été victime de multiples avaries sur son Imoca Charal. Contraint de retourner aux Sables d'Olonne en tout début d'épreuve, Jérémie Beyou avait dû repartir 9 jours après le départ de la course.

À 44 ans, le triple vainqueur de la Solitaire du Figaro, déjà sur la troisième marche du podium lors du Vendée Globe 2016, n'avait pu faire mieux que de remonter à la 13e place. Il n’avait pas caché à l’arrivée qu’il avait vécu une course très "particulière" et avait ajouté que l'aventure du Vendée Globe n'était pas prête de s'arrêter : "J'y retournerai jusqu'à ce que je gagne" avait-il lâché.

 

La Transat Jacques Vabre 2021 avec Charal 1

Charal 1, actuellement en chantier de réparation, sera mis à l'eau le 26 mai. Jérémie Beyou participera à la Fasnet Race en août prochain, au Défi Azimut en septembre pour s'entraîner sur l'objectif de cette année, la Transat Jacques Vabre début novembre 2021.

Jérémie Beyou fera équipe sur cette course en duo avec Christopher Pratt.

Charal 1 devrait ensuite être vendu après la mise à l'eau de Charal 2 à l'été 2022.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
voile sport