"Ils ont le temps, l’argent et le réseau". Ses voisins parisiens se plaignent de ses dégustations festives, un ostréiculteur lance un SOS au ministre de la Justice

Un ostréiculteur breton a pensé au réveillon de la Saint-Sylvestre du garde des Sceaux. Il lui a envoyé une bourriche d’huîtres. "Un SOS" pour demander au ministre de l’aider. Sous la menace de poursuites judiciaires par deux voisins, il a du arrêter ses "dégustations festives". Un rendez vous hebdomadaire à Séné dans le Morbihan qui gênait ses voisins dont "un Versaillais qui n’est là que 6 semaines par an."

Le ministre de la Justice, Eric Dupont-Moretti, n’aura pas besoin d’aller s’acheter des huîtres pour le réveillon de la Saint-Sylvestre. Une bourriche lui a été livrée directement depuis Séné dans le Morbihan. Des huîtres bretonnes, naturelles et comestibles contrairement à celles de Normandie ou du bassin d’Arcachon. Une bourriche à la mer avec un message de SOS dedans.

Le généreux donateur est un ostréiculteur qui, sous la menace de poursuites judiciaires, a préféré arrêter son activité estivale hebdomadaire de "dégustations festives". Les "VCC", ou "Vendredi chez Captain", sont "des petites animations promotionnelles de dégustations comme beaucoup de collègues ostréiculteurs font" explique Fabrice Lizé qui se fait aussi appeler 'Captain marée'.

"Un Versaillais qui n'est là que 6 semaines par an"

Au programme, des blind tests, des soirées jeux de société, du théâtre d’improvisation mais aussi parfois des concerts. "Ça restait on ne peut plus tranquille. À 21h30, 22h, il n’y avait plus de son ni de lumière. Tout est coupé." Un moyen pour lui de se faire connaître. "Séné, ce n’est pas le coin le plus connu. Les animations permettent aux gens de nous découvrir. Il y a même des gens du coin qui ont appris notre existence à ces occasions."

Les animations du vendredi soir ramenaient "un public familial" dans une ambiance conviviale. Mais deux proches voisins n’étaient pas du même avis. "Un Versaillais qui est là un mois et demi par an et un retraité qui ne veulent pas entendre de bruit." Appels à la gendarmerie, plaintes, courrier recommandé : ils ont mis la pression sur le Captain pour qu’il arrête son activité. 

Le coq, les vaches, les huîtres et les citadins

"C’est une illustration de ce qui se passe partout. On ne tolère plus rien et on est dans une société de judiciarisation. Des gens achètent au port du Croisty un appartement rue du port et ils vont se plaindre du bruit des bateaux. Ici, c’est le coq qui pose problème, là ce sont les vaches."

LIRE : Engins agricoles, ateliers, cloches, coqs... Les nuisances de voisinage au cœur d'une loi pour "ceux qui travaillent"

Fabrice Lizée n’a jamais eu d’amende après le passage des gendarmes et il souhaite "trouver un accord l’amiable." Il se dit prêt à mettre un sonomètre pour contrôler le volume sonore et à réduire la fréquence du rendez-vous hebdomadaire.

Mes voisins ont le temps, l’argent et le réseau. De mon côté je n’ai pas les connaissances techniques juridiques ni le temps de me défendre

Fabrice Lizée

Ostréiculteur à Séné

"La bourriche au ministre de la justice, c’est un clin d’œil." En effet, Éric Dupond-Moretti était venu début décembre 2023 à Pleucadeuc (Morbihan) à la rencontre d’agriculteurs pour présenter et défendre la proposition de loi sur les troubles anormaux de voisinage et le "vivre ensemble".

Cette bourriche à la mer est aussi "un SOS". "Mes voisins ont le temps, l’argent et le réseau. De mon côté je n’ai pas les connaissances techniques juridiques ni le temps de me défendre."

L’ostréiculteur de Séné a donc arrêté les dégustations festives l’été dernier mais il espère pouvoir les reprendre en 2024.