• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La population d'abeilles augmente en Bretagne

Les abeilles sont des pollinisatrices de premier plan, indispensables à notre écosystème. / © JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Les abeilles sont des pollinisatrices de premier plan, indispensables à notre écosystème. / © JEAN-PIERRE MULLER / AFP

Malgré les annonces de hausse de la mortalité des abeilles de l'an dernier, la tendance semble s'être inversée. Les apiculteurs bretons ont constaté un regain de population dans leurs ruches. Une bonne nouvelle pour eux et l'espèce en général.

Par Corentin Bélard

Bonne nouvelle pour la nature ! La population d'abeilles a arrêté sa chute vertigineuse des dernières années. Ces insectes noir et jaune ont vu leur nombre se stabiliser, voire augmenter récemment.
Alors que la planète va mal, de nombreuses personnes étaient dans la rue en fin de semaine dernière pour manifester leur colère. Ce regain de population des abeilles serait-il dû aux efforts de certains pour protéger la planète ? La réponse est oui pour certains observateurs.
 

Des apiculteurs rassurés

Pour les apiculteurs bretons, c'était inespéré. Dans les ruches, ils ont observé que les colonies étaient plus populeuse que les années passées. Une nouvelle rassurante pour ces professionels, très engagés contre les pesticides qui ravagent les insectes.
Le premier d'entre eux : les décriés néo-nicotinoïdes. Ces pesticides ont été interdit le 1er septembre dernier.
 

2018 a été l'annus horribilis des producteurs de miel. Selon les endroits, ils ont subi entre 30% et 80% de pertes sur l'année. En ce sens, ce début d'année et le retour en masse des abeilles est pour eux une énorme surprise.

Mais les apiculteurs gardent les pieds sur terre. Ils sont persuadés que ce sont les pesticides qui ont provoqué ces chutes massives de population les années précédentes.
En octobre dernier, ils avaient manifesté leur colère face à cette situation.
Aujourd'hui, le syndicat des apiculteurs professionnels de Bretagne a commandé une étude scientifique à un laboratoire indépendant pour établir le lien entre épandage de produits chimiques et mortalité dans les ruches.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Gérard Chevalier, président de l'ACAT

Les + Lus

Les + Partagés