Quatorzaine britannique : les attentes des opérateurs Transmanche

La décision du gouvernement britannique d'imposer depuis samedi dernier une quatorzaine à tous les voyageurs en provenance de France est un nouveau coup porté au secteur du transport Outre-Manche. Pour affronter cette nouvelle tempête, la profession a besoin d'aide.


 
Dès l’annonce du gouvernement britannique, le président de la région Bretagne a réagi dans un tweet : "Pour défendre la survie des opérateurs transmanche, un plan d'urgence Régions Etat Union européenne s'impose".
 
Dès vendredi, le directeur général de la compagnie maritime Brittany Ferries, Christophe Mathieu, dressait un tableau alarmant de la situation. Cette décision est survenue "au plus mauvais moment" a-t-il dit. "La saison d'été était déjà exécrable. Le directeur regrette d'être "otages d'enjeux politiques qui nous dépassent".
Le président de la compagnie maritime bretonne s'est réjoui du soutien de la Région Bretagne. Jean-Marc Roué appelle à l'aide les élus pour défendre la survie du secteur.
  

La région Normande est touchée également. Elus bretons et normands s’associent à cette demande d'aide. Hervé Morin, le président de la région Normandie s’inquiète de conséquences colossales pour les compagnies maritimes. Son interview est à lire sur le site de FranceInfo.

De son côté, le député du Finistère Jean-Charles Larsonneur, avec la députée de Seine Maritime Agnès Firmin Le Bodo, a sollicité un plan spécifique auprès du ministère de l'économie et de la relance.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie transports maritimes royaume-uni international covid-19