Recover-19, l'étude menée par le CHU de Rennes pour favoriser la récupération des patients touchés par le coronavirus

Comment aider au mieux les patients touchés par le coronavirus à récupérer après la maladie ? C'est l'enjeu d'une étude menée depuis août 2020, par le CHU de Rennes. Ce programme implique du réentraînement à l'effort et un suivi nutritionnel. 

Une étude du CHU de Rennes travaille sur le ré-entraînement à l'effort pour des patients touchés par le coronavirus et présentant encore des symptômes
Une étude du CHU de Rennes travaille sur le ré-entraînement à l'effort pour des patients touchés par le coronavirus et présentant encore des symptômes © DR
Alors que certains patients présentent peu de symptômes du coronavirus et affichent une guérison sans encombres, d'autres en subissent les effets pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois. Les médecins planchent donc sur des solutions pour améliorer la qualité de vie des patients.

Depuis août, un programme de recherche a été lancé au sein du CHU de Rennes, Recover-19. L’objectif  ? Miser sur le réentraînement physique et la diététique pour réduire les symptômes encore présents. Cette étude incluera 160 personnes, 20 sont déjà recrutées. "Le plus jeune patient a 22 ans, le plus vieux 70 ans. Ce sont des gens qui ont passé la phase aigüe de la maladie. La plupart sont des sportifs, avec au moins une pratique une fois par semaine. On aimerait recruter des gens qui n'ont aucune activité physique", explique le Docteur Lilian Alix, médecin en médecine interne qui conduit l'étude. 

Recover-19 s’adresse aux patients qui gardent des symptômes persistants de la COVID-19 au-delà des six premières semaines d’évolution de la maladie. Trois critères sont déterminants : ils doivent présenter une gêne respiratoire lors des efforts, une fatigue persistante ou une difficulté à reprendre du poids.


Comment fonctionne cette étude ?


Un premier bilan est réalisé avec une évaluation des capacités physiques et respiratoires, de la qualité de vie et de l'état nutritionnel. Un tirage au sort va ensuite permettre de répartir les participants dans deux groupes : "intervention" et "contrôle".

Dans le groupe "intervention" les patients suivent un programme de réentraînement physique personnalisé composé d’exercices physiques réguliers au domicile, encadrés par un enseignant en activité physique adapté, avec trois séances hebdomadaires, pendant un mois. "La première a lieu à domicile où l'on vient expliquer les exercices", indique Lilian Alix. "Les patients doivent ensuite envoyer leurs données, s'évaluer." 

Une fois par semaine, ils bénéficient également d'une consultation téléphonique avec un ou une diététicienne. Le suivi nutritionnel se révèle un enjeu : "On s'est aperçu que les patients perdaient du poids, leurs réserves énergétiques. Cela reste difficile pour certains de remonter la pente, de retrouver de la masse." 

Dans le groupe "contrôle", les patients bénéficient de conseils d’activité physique et de conseils nutritionnels, et agissent en autonomie. 

Les premiers retours sont positifs. "Au début, les premières séances de sport peuvent s'avérer difficiles, avec de gros coups de barre. Cela s'améliore ensuite. Il faut savoir que l'intensité des séances s'adapte au fur et à mesure, selon chacun. On note une bonne récupération."  Le Docteur Alix ajoute : "Au bout de 3 mois, tous les patients sont contactés par téléphone pour leur poser des questions notamment sur leur état de forme, leur moral et leur qualité de vie afin de voir si le réentrainement peut avoir des bénéfices qui durent dans le temps."

Selon Lilian Alix, une trentaine d'études dans le monde s'intéressent aux liens entre activité physique et coronavirus, notamment auprès de ceux qui ont vécu la réanimation. Les personnes qui souhaiteraient intégrer l'étude rennaise peuvent prendre contact par mail à l'adresse suivante : recover-19@chu-rennes.fr

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société