• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Victoire de Benoît Hamon à la primaire de la gauche : les réactions des politiques bretons

© MaxPPP
© MaxPPP

Benoît Hamon est arrivé largement en tête de la Primaire de la gauche dimanche soir, devant Manuel Valls. Le succès du natif de Saint-Renan (Finistère) et la défaite de l'ex-Premier ministre ont fait réagir plusieurs politiques bretons. 

Par Lucas Hobé

Le résultat est sans appel : Benoît Hamon est largement arrivé en tête du second tour de la Primaire de la gauche dimanche. En Bretagne, l'ex Ministre de l'Education a devancé Manuel Valls dans tous les départements.

Le succès de Benoît Hamon a été salué par Isabelle Thomas, sa porte parole en Ille-et-Vilaine : "la victoire éclatante de Benoît Hamon est celle de tous les espoirs pour la gauche. Notre devoir est désormais de rassembler".
"Il appartient à Benoît Hamon de créer les conditions du rassemblement de toute la gauche" souligne Emmanuel Couet, président de Rennes métropole.

Dans son discours de dimanche soir, Benoît Hamon a annoncé qu'il proposerait à l'écologiste Yannick Jadot et au candidat de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon de construire une majorité gouvernementale.
Pour Philippe Noguès, député DVG de la circonscription d'Hennebont-Gourin, "la victoire de Benoît Hamon marque un tournant historique dans l'histoire du mouvement socialiste en France. La primaire et le recours aux électeurs auront permis de trancher en faveur d'une gauche qui remet au coeur de son projet la question sociale, la question écologique et la question démocratique".

Michel Lesage, député PS de la circonscription de Saint-Brieuc et soutien d'Arnaud Montebourg au premier tour, a indiqué dans le Télégramme que "la gauche gestionnaire est dans une logique trop libérale. On a besoin d'une politique plus volontariste et avec Benoît Hamon il y aura d'avantage de volontarisme".

La présidente du conseil départemental du Finistère Nathalie Sarrabezolles rappelle que désormais "l'enjeu est de battre la droite et le FN. Benoît Hamon peut compter sur ma voix et mon soutien pour la Présidentielle 2017".
"Benoît Hamon a gagné cette primaire. C'est ainsi. Je suis quelqu'un de loyal. Donc je ferai sa campagne. Mais Benoît Hamon va devoir rassembler toute la gauche et aussi les socialistes. J'attends qu'il nous fasse des propositions" prévient Patricia Adam, députée de la deuxième circonscription du Finistère.

Soutien de Manuel Valls, Nathalie Appéré, la maire de Rennes, a déclaré que la victoire de Hamon "est le résultat d'un élan qu'il a su créer autour de son projet et de sa personnalité. Je lui adresse mes félicitations. J'ai, bien sûr, une pensée particulière pour Manuel Valls. Il a mené cette campagne avec sincérité et conviction. La Primaire ne fait pas disparaître tous les clivages, mais notre cap doit être maintenant l'élection présidentielle".
Pour sa part, Odette Herviaux, sénatrice du Morbihan, indique : "j'ai toujours été et je suis toujours fidèle au PS, je n'ai jamais "tiré" contre mon camp comme les frondeurs et ce n'est pas maintenant que je vais commencer. Je soutiendrai donc le candidat de mon parti mais je ne peux défendre un programme auquel ne crois pas donc pour le moment je me mets en retrait de la campagne à venir".

De son côté, le Parti Radical de Gauche a appelé à soutenir Emmanuel Macron après la victoire de Benoît Hamon à la primaire de la gauche, qualifiée de "victoire de la gauche idéologique sur la gauche pragmatique. Cette gauche ne pourra pas gagner en mai prochain. Les radicaux de gauche d'Ille-et-Vilaine soutiennent la démarche d'Emmanuel Macron. Il incarne le coeur et la raison, il est le seul capable d'éviter à la France une victoire de la droite". 
Macron ou Hamon, désaccord au sein du PRG 35
Maintenant que le candidat socialiste est connu, cela précise l'offre pour la présidentielle. Tout le monde n'a pas encore choisi son favori. Vers qui se tourneront les électeurs de gauche, entre Macron, Hamon ou Mélenchon ? Quelles consignes donneront les élus locaux ? Même au Parti Radical de Gauche qui a pourtant participé à la primaire, le soutien à Benoît Hamon, candidat désormais légitime ne semble pas couler de source. Intevenants : Honoré Puil, président Parti Radical de Gauche 35 - Christophe Martins Vice-président Conseil départemental PRG 35  - Reportage : Gilles Le Morvan et Bruno Van Wassenhove


Sur le même sujet

Match nul pour le Stade Rennais à Nice

Les + Lus