Eure-et-Loir : des impacts de plomb retrouvés sur le corps de l'homme coupé en quatre dans le Perche

Le procureur de la République de Chartres Rémi Coutin a donné une conférence de presse vendredi 27 février. / © France 3 Centre-Val de Loire
Le procureur de la République de Chartres Rémi Coutin a donné une conférence de presse vendredi 27 février. / © France 3 Centre-Val de Loire

A l'issue de l'autopsie, réalisée ce vendredi 28 février, le procureur de la République de Chartres, Rémi Coutin, a révélé que des impacts de plomb et des coups de couteau sur le corps de l'homme retrouvé coupé en quatre aux Autels-Villevillon, dans le Perche (Eure-et-Loir).

Par Victor Lengronne (avec Etienne Breil)

On en sait un peu plus sur la découverte du corps coupé en quatre d'un homme aux Autels-Villevillon, dans le Perche (Eure-et-Loir). Le procureur de la République de Chartres, Rémi Coutin, a révélé lors d'une conférence de presse ce vendredi 28 février, que des impacts de plomb "à plusieurs endroits" et deux à trois coups de couteau avaient été retrouvés sur le corps de la victime, à l'issue de l'autopsie réalisée à l'institut médico-légal de Garches plus tôt dans la journée. 

Des analyses toxicologiques auront lieu en début de semaine prochaine.
 
Le procureur de la République de Chartres Rémi Coutin s'exprime sur la découverte d'un homme coupé en deux
A l'issue de l'autopsie, réalisée ce vendredi 28 février, le procureur de la République de Chartres, Rémi Coutin, a révélé que des impacts de plomb et des coups de couteau sur le corps de l'homme retrouvé coupé en deux aux Autels-Villevillon, dans le Perche (Eure-et-Loir).


Le procureur a également indiqué que le corps avait été coupé en 4 : le buste et les jambes d'un côté, la tête et les deux bras. 

Selon le médecin légiste, l'homme de 38 ans est décédé 24 ou 48 heures avant la découverte, jeudi 27 février. Il aurait été vu pour la dernière fois vivant dimanche 23 février.

Une enquête de flagrance a été ouverte par le parquet de Chartres pour meurtre et atteinte à l'intégrité d'un cadavre. Aucune piste n'est pour l'instant privilégiée. 
 

Les circonstances de la découverte


Rémi Coutin a donné les circonstances de la macabre découverte. Vers 13h40, un automobiliste qui circule sur la D30 remarque ce qui lui semble être un corps humain - une riveraine parle elle d'un agriculteur sur son tracteur qui aurait aperçu ce bout de corps. Les gendarmes sont prévenus, comme le procureur.

"Il y a au minimum 13 enquêteurs mobilisés en permanence : 11 de la section de recherches d'Orléans et 2 de la brigade de recherches de Nogent-le-Rotrou."

Le tronc et les jambes sont d'abord retrouvés. Vers 18h10, alors que l'examen de la scène de crime était en cours, un autre automobiliste informe les gendarmes d'une autre découverte, "à 300 mètres à vol d'oiseau, toujours en bordure de la route" : la tête et les deux bras. Rapidement, le corps a été identifié.
 

Une quatrième grave affaire criminelle en 2020

A la fin de sa conférence de presse, Rémi Coutin s'est montré supris. "Depuis le début de l'année, on avait rarement eu autant de grosses affaires criminelles. C'est surprenant." C'est la quatrième.

Le 3 janvier, une fusillade à la mairie de Dreux avait fait un mort et un blessé grave.

Le 21 janvier, un jeune avait été tué à coups de couteau après une rixe dans le centre-ville de Chartres.

La semaine dernière, un dentiste de 53 ans avait été retrouvé à son domicile de Coulombs lundi 17 février, ligoté dans une bâche en plastique. 

Sur le même sujet

Les + Lus