JO 2024 : les prix des logements s’envolent progressivement en Centre-Val de Loire

À près de 7 mois du lancement des jeux Olympiques de Paris 2024 et tandis que Châteauroux accueillera les épreuves de tir et de para tir, une véritable flambée des prix des logements s’opère dans la région Centre-Val de Loire.

Qui dit évènement exceptionnel, dit tarifs exceptionnels. Les jeux Olympiques qui se dérouleront du 26 juillet au 11 août 2024, promettent de mettre la France en ébullition mais aussi de faire flamber les prix de l’hébergement. Et la région Centre-Val de Loire ne fait pas exception à la règle. 

Selon une étude Deloitte, commandée par Airbnb, un habitant de la région parisienne sur cinq envisage de devenir hôte pour la première fois pendant les Jeux. Les tarifs ont même grimpé de 85% à Paris. Mais alors qu'en est-il dans la région ?

À Châteauroux, où se dérouleront les épreuves de tir et de para tir sportif au Centre national de tir sportif, une semaine avant les Jeux, les prix s’élèvent à 56€ la nuit pour l’hôtel de la Gare. Dès le 26 juillet, le prix est de 151€ la nuit, soit presque 3x plus cher.

Pour ce qui est de l'hôtel Christina, près du centre-ville, les montants sont habituellement fixes toute l'année : 74€ la nuit, sur la plateforme Booking, pour une chambre pour deux personnes avec un lit double. Mais sans surprise, durant la période des Jeux, le prix s'envole à 171€. Même évolution sur plusieurs hôtels castelroussins, dont les gérants n'ont pas souhaité répondre à nos questions. 

Il n'y a pas que les hôtels qui vont profiter de cet événement, sur Airbnb aussi, JO riment avec jackpot. 

Les prix ont quasiment doublé sur le site de location. Une semaine avant les Jeux, la nuit coûte 46€ en moyenne dans le centre-ville pour des appartements pouvant accueillir 2 ou 3 personnes maximum, pour 90€ environ la semaine du 27 juillet. "C'est vrai que j'ai pu augmenter un petit peu les prix cette semaine-là", nous confie un propriétaire. "Je monterais sûrement encore un peu, j'attends de voir ce que font les collègues." Ce qu'il n'aura aucun mal à faire, puisqu'Airbnb a d'ailleurs créé un nouvel outil de tarification qui permet aux hôtes de comparer les logements similaires à proximité du leur, et ce, pour des dates préalablement sélectionnées. La plateforme rappelle d'ailleurs volontiers que les hôtes "fixent librement leurs prix" et qu'elle n'a pas le pouvoir de les contrôler. 

"J'avoue que je compte en profiter. Je vois que tout le monde le fait à Paris alors pourquoi pas moi ? J'augmenterais sûrement mes prix mais je ne sais pas encore à quel point."

Laëtitia, propriétaire d'un logement Airbnb à Châteauroux

Laëtitia, une autre utilisatrice de l'application a déjà une réservation d'une famille pendant 7 jours, et elle est ravie. "Ce sera la première fois que j'accueille des étrangers ! Il va y avoir de l'animation dans la ville et si je peux y participer tout en en profitant, c'est super." se réjouit la Castelroussine qui a prévu de rester dans la région pendant les épreuves.

Airbnb a répondu dans un communiqué que la plateforme souhaitait "permettre aux voyageurs de vivre l’expérience des grands évènements de manière authentique et abordable, tout en permettant aux hôtes de générer un complément de revenus, plus que bienvenus en cette période d’inflation."

Une aubaine économique

"C'est une belle opportunité pour le territoire de reconvertir cette friche pour accueillir des athlètes pendant les jeux Olympiques et par la suite, des salariés et commerciaux d'entreprises locales qui peinent à se loger", nous expliquait Gil Avérous, maire-président de Châteauroux Métropole. La ville, qui se prépare à accueillir 600 athlètes et jusqu'à 5 000 visiteurs entre juillet et septembre 2024 compte bien relever le défi, et en profiter économiquement.

Les bras grands ouverts pour celles et ceux qui veulent fuir Paris

Si à Châteauroux, on s'empresse d'augmenter le prix des nuitées. À Orléans ou à Chartres, villes à seulement 1h de train de la capitale, l'engouement n'est pas encore totalement présent.

"Il n'y a pas d'effet spécifique pour l'instant", nous apprend Luc Thomas, président des Gîtes de France de la région Centre-Val de Loire. "Il y a peut-être quelques propriétaires qui ont gonflé leur prix sur la période seulement." Environ 10% des 400 propriétaires de la plateforme sur la région auraient augmenté leurs tarifs de 50% en moyenne selon le président.

"On s'attend plutôt à des Parisiens qui vont fuir Paris pour venir dans nos gîtes à la campagne bien pépères."

Luc Thomas, président des Gîtes de France de la région Centre-Val de Loire

Luc Thomas, qui possède lui-même deux gîtes dans le département du Loiret s'attend à une arrivée en masse des Franciliens. "C'est avec plaisir qu'on les accueillera pour qu'ils se mettent au vert dans le Loiret !" Le propriétaire nous a avoué ne pas vouloir modifier le tarif de ses logements. "Je ne compte pas augmenter mes prix. J'ai envie de conserver la clientèle que j'ai habituellement." 

La plateforme Bedycasa, appelle, elle, dans une Tribune, à la mise en place de loyers "éthiques" pendant les jeux Olympiques. Aux propriétaires de faire leur choix quant à leur prix, même si l'on commence à apercevoir la tendance.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité