• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Loiret : la Gabare, supermarché coopératif, ouvre ses portes à Olivet

La Gabare va ouvrir le 11 septembre prochain. / © France 3 Centre-Val de Loire
La Gabare va ouvrir le 11 septembre prochain. / © France 3 Centre-Val de Loire

La Gabare, nouveau supermarché coopératif à Olivet (Loiret), a ouvert ce mercredi 11 septembre. Avec un fonctionnement assez particulier pour les quelque 600 adhérents.

Par Victor Lengronne (avec J. Roché)

Le 11 septembre, un nouveau supermarché coopératif ouvre ses portes dans le Loiret, à Olivet : La Gabare, du nom d'une embarcation sur la Loire et d'une ancienne monnaie locale de Tours.

100 €, dix parts et une voix

Depuis la création d'une société-action à caractère coopératif, 600 personnes sont devenues adhérentes. Pour devenir adhérent et donc sociétaire, il faut débourser 100 euros, ce qui correspond à dix parts sociales de dix euros chacune - 10 euros pour les personnes aux minimas sociaux et les étudiants, ce qui équivaut à une part.

Des actions donc et une voix lors des différentes réunions qui auront lieu : si une majorité de sociétaires se prononcent contre le maintien ou l'introduction d'un produit dans le supermarché, ce produit sera retiré.

Devenir sociétaire a également son lot de contraintes, notamment celle de donner de son temps : trois heures d'affilée par mois sous peine d'être interdit d'accès - le badge sera bloqué. Pour ceux qui ont contribué entre 500 et 1 000 euros, ils auront un droit de vote aux assemblées générales, mais ne sont pas obligés de contribuer mensuellement pour la boutique. Un investissement à plus de 1 000 euros ne donne pas de droit de vote aux AG. Les trois heures d'aide mensuelle ne sont pas autorisées tout comme les achats dans la coopérative. Les actions peuvent, elles, être rémunérées jusqu'à un plafond.  

Sur le site officiel du supermarché, est annoncé "un gain de pouvoir d'achat" avec "110 euros économisés chaque mois" en raison d'un prix moins élevé des produits, dû à la participation initiale et de négociations avec les producteurs locaux.
 
 

Encore en recherche de fonds

L'apport des quelque 600 sociétaires et les divers dons ont contribué à l'enveloppe actuelle de la Gabare : 150 000 €. "La Gabare" a emprunté près de 500 000 euros auprès de trois banques coopératives. France Active, qui soutient financièrement des initiatives de ce type, leur fournira 100 000 € de plus si le nombre de sociétaires atteint 750. Les travaux du bâtiment, situé 1455 Rue de la Bergeresse, sont pour l'instant estimés à près de 360 000 €.
 


Divers produits proposés

La Gabare annonce, toujours sur son site internet, du "bio accessible à tous". Mais des produits d'appel - de marque Danone ou Yoplait par exemple - devraient être proposés. Une interrogation subsiste également sur la mise en avant des circuits courts, même si ces derniers devraient être privilégiés. Des négociations avec les producteurs locaux sont en cours. Tous les produits devraient être mis en vente : fruits, légumes, viande, poisson, produits d'hygiène...


Derrière le projet, le gérant de Burger King Loiret

Le nom de l'instigateur de ce projet a de quoi interroger : Benoit Lonceint, maire de Sully-la-Chapelle de 2001 à 2014, et patron des Quick et Burger King du Loiret. "Je considère que je suis arrivé à un moment de ma vie où je peux apporter ma connaissance du modèle économique et du monde de l'entreprise. Je tiens évidemment à ce projet (la gabare, ndlr) en dehors de tout aspect mercantile. Je suis aussi un père de famille. Je considère que manger sainement, autrement c'est aussi une de mes responsabilités. Les choses ne sont pas incompatibles", avait-il déclaré le 1er mars à nos confrères de France Bleu.


 

Sur le même sujet

Manifestation des défenseurs de la cause animale à la Fête de la Sange de Sully-sur-Loire (Loiret)

Les + Lus