• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

70ème anniversaire de la libération d'Auschwitz : mémoire lorraine d'aujourd'hui

© AFP PHOTO / JANEK SKARZYNSKI
© AFP PHOTO / JANEK SKARZYNSKI

Depuis plus de 20, des enseignants du Lycée de la communication de Metz organisent un voyage scolaire à travers l'Europe de l'Est. Un périple qui les mènera encore cette année encore jusqu'au camp d'Auschwitz-Birkenau dont on célèbre le 70ème anniversaire de la libération ce 27 janvier 2015.

Par Hélène Abalo

Ils sont une poignée d'élèves du Lycée de la Communication à partir chaque année depuis 20 ans sur les routes de l'Europe de l'Est, sur les traces d'une Histoire inimaginable, d'une blessure encore douloureuse. Des élèves qui reviennent en Lorraine à chaque fois transformés par ce voyage quasi initiatique. Un voyage qui les mène jusqu'au camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau. Un camp libéré le 27 janvier 1945. C'était il y a tout juste 70 ans. Sept décennies qui parviennent encore à faire le lien entre la jeune génération et cette meurtrissure mondiale, indélébile. Un devoir de mémoire essentiel.

France 3 Lorraine a accompagné ces adolescents à plusieurs reprises ces dernières années le long de ce chemin inoubliable.  


Voici la restitution de quelques uns de leurs travaux : 


Photographies d'Alex Odd (2013)

Auschwitz-Birkenau (diaporama)
Alex Odd

 

Auschwitz, la réalité de l'horreur au bout des yeux

Nadège Lehair, Léo Haas, Alexis Oudard, Clément Piquard (2013)


Auschwitz - Birkenau. 22 février 2013. / © France 3 Lorraine. jean-Christophe Dupuis-Rémond.

"C’était un immense espace constitué de deux, puis trois camps principaux et de multiples "annexes". Par la suite, un camp d'extermination fut installé au sein du deuxième camp principal. Auschwitz se situait à environ 60 km à l'ouest de Cracovie, près de la frontière germano-polonaise dans une zone annexée à l'Allemagne en 1939. Trois grands camps complexes y ont vu le jour : Auschwitz I, Auschwitz II (Birkenau) et Auschwitz III (Monowitz).
La construction d'Auschwitz II, plus connue sous le nom d’Auschwitz-Birkenau, commença au courant d’Octobre 1941. Ce camp fut celui qui compta le plus grand nombre de prisonniers.Divisé en sections séparées par des clôtures de fil de fer barbelé ou électrifié et s’étendant sur 175 ha, on y entassait les femmes, les hommes, les Tsiganes et les familles déportées depuis le ghetto de Terezin.
Le camp d'Auschwitz-Birkenau joua un rôle central dans le plan allemand d'extermination des Juifs d'Europe. Quatre fours crématoires de grandes dimensions furent construits après les tests élaborés avec le Zylon B. Chaque espace possédait 3 parties : une zone de déshabillage, puis le passage dans la grande chambre à gaz, et ensuite les fours crématoires. Les opérations de gazage à Auschwitz-Birkenau se sont poursuivies jusqu'en novembre 1944."

 

Elle s'appelait Anne...

Andréa Maire, Alison Gunzlé et Laëtitia Eberhardt (2013)


 / © AFP

"Anne Frank naît en 1929 en Allemagne, dans une famille juive qui quitte le pays dès l’arrivée au pouvoir d’Hitler, en 1933. Elle mène une enfance normale à Amsterdam, au Pays-Bas, montrant déjà un goût certain pour la lecture et l’écriture. En 1940, les nazis envahissent et occupent la Hollande. Le climat de répression et d’antisémitisme n’empêchent pas la jeune Anne Frank de poursuivre ses études dans une école juive. Lorsque sa famille est convoquée, en 1942, par le bureau central de l’immigration juive pour être déportée dans un camp de travail, Anne Frank et ses proches se cachent dans l’annexe, des pièces secrètes installées dans les bureaux de collègues d’Otto Frank, le père d’Anne.

Aidés par des employés de confiance, les Frank vont y passer plus de deux ans. Le 4 août 1944, la police nazie découvre la cachette, à cause d’un informateur encore inconnu. Les Frank sont arrêtés, leurs biens confisqués, à l’exception d’un petit journal retrouvé par les amis des Frank et conservé dans l’espoir qu’il puisse un jour le leur rendre.

Ce journal, c’est le fameux journal d’Anne Frank. Un journal intime où la jeune fille s’adresse à Kitty, une amie imaginaire, à qui elle fait part de son quotidien dans l’annexe. Anne écrit pour elle-même, pour coucher sur le papier ses angoisses, ses craintes, son vécu de la guerre et de cette situation de réclusion tellement oppressante. Mais, à la lecture de son témoignage, on se rend vite compte qu’Anne est avant tout une adolescente comme les autres, avec ses désirs, ses émois, et ses aspirations. Son journal nous livre un aperçu de la transformation qui s’opère chez l’enfant qui devient adolescent, et cette force a contribué à en faire une œuvre universelle.

Anne Frank est déportée à Auschwitz avec sa famille, puis à Bergen-Belsen. En mars 1945, alors que le camp est sur le point d’être libéré par les troupes britanniques, une épidémie de Typhus se propage dans le camp, et Anne Frank n’y réchappe pas."
 

Pour comprendre

Pour comprendre l'Indicible : magazine diffusé sur France 3 Lorraine en mai 2009. Il raconte le vécu de leur voyage en Europe de l'Est par des lycéens de 1ère et Terminale du Lycée de la Communication de Metz sur les traces de la communauté juive en janvier 2009. En 20 ans près de 2000 élèves ont volontairement vécu cette expérience proposée par William Schuman leur professeur de Philosophie.

Découvrez ou re-découvrez ce magazine en cliquant ici



Et puis


Les troupes russes libèrent le camp d'Oswiescim (Auschwitz) - Document INA

 

La mémoire vive de la jeunesse

Un sondage international a été mené auprès de plus 30 000 jeunes (entre 16 et 29 ans), de 31 pays  pour but d’analyser les connaissances et mémoires de cette génération par rapport à l’histoire récente.
Extraits des résultats: 

  • Des connaissances à approfondir : 

Avez-vous le sentiment d’avoir des connaissances approfondies sur l’extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale ? C’est une des questions qui constituent l’enquête Mémoires à Venir et la surprise vient des résultats. Seulement 47% parmi les interrogés se considère bons connaisseurs du sujet. Si le regard est porté vers la France, le chiffre n’est pas plus encourageant : moins d’un Français sur deux (49%) juge avoir des connaissances approfondies sur la Shoah.

  • Les génocides connus et reconnus : 

Même si leurs connaissances autour du nazisme ne sont pas très approfondies, la plupart ont conscience des souffrances causées par ce régime, vu que neuf interrogés sur dix ont déclaré que l’extermination des Juifs par les nazis doit être qualifiée de génocide.
Presque tous les interrogés (92%) sont d’accord avec le fait que l’Allemagne est le principal pays responsable de la Seconde Guerre Mondiale.

  • Pas beaucoup d’espoir pour l’avenir : 

La plupart des jeunes se montre pessimiste quant à l’avenir, vu que la majorité (57%) d’entre eux considère qu’une Troisième Guerre mondiale est possible dans les prochaines années. Les Ukrainiens sont les plus inquiets. Ils sont 86% à croire qu’une nouvelle guerre mondiale peut bientôt commencer – une crainte compréhensible vu la situation très tendue de leur pays.

Sur le même sujet

Vincent Lambert : un appel aux dons pour aider sa femme, ses parents soutenus par la fondation Lejeune

Les + Lus