Puits Simon : une population traumatisée

L’explosion au puits Simon se produit le 25 février 1985 vers 7h20. Trois équipes, 18 hommes, se trouvent à 1.050 mètres de fond et travaillent au montage de la veine 18 lorsqu’une puissante déflagration se produit. Mais le bilan tarde et la population vit l'attente la peur au ventre.

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

L’explosion au puits Simon se produit le 25 février 1985 vers 7h20. Trois équipes, 18 hommes, se trouvent à 1.050 mètres de fond et travaillent au montage de la veine 18 lorsqu’une puissante déflagration se produit. Elle est suivie d’une boule de feu et d’un très important nuage de fumée et de poussière qui envahissent la galerie de mine en construction. Les 18 hommes meurent sur place, quatre autres seront retrouvés asphyxiés un peu plus loin.

Très vite l’information se répand dans tout le bassin, relayée par les mineurs des autres chantiers que la direction fait évacuer. La population se précipite à l’entrée du chevalement mais les nouvelles n’arrivent qu’au compte-gouttes en raison de la difficulté qu’ont les sauveteurs à progresser sur les lieux de la catastrophe.

Une population sous le choc

Les sauveteurs sont eux traumatisés, certains découvrent le corps d’un ami. Tous se sont à un moment ou un autre croisés sur le carreau de la mine.

Puis le bilan tombe, terrible : 22 morts, la pire catastrophe dans le bassin de Lorraine depuis la Seconde Guerre mondiale... Toute la région est en deuil.

 

Sur le même sujet

Le dépannage de la voiture de gendarmerie

Les + Lus