Alsace : les boîtes de Noël pour aider les plus démunis font leur grand retour

Publié le
Écrit par Solène Leroux
Quelques boîtes de Noël alsaciennes, une initiative solidaire portée par Pascaline Descoux et Dorothée Randolfi.
Quelques boîtes de Noël alsaciennes, une initiative solidaire portée par Pascaline Descoux et Dorothée Randolfi. © Pascaline Descoux

C'est le retour des boîtes de Noël solidaires. L'an dernier, l'initiative portée par une photographe de Nordheim a permis de récolter plus de 40.000 boîtes pour les plus démunis, rien qu'en Alsace.

À vos boîtes de chaussures ! Pour la deuxième année consécutive, les boîtes de Noël reprennent du service en Alsace du 10 novembre au 10 décembre. Portée par Solidarité Bas-Rhin, une page Facebook lancée par Pascaline Descoux l’année dernière, l'initiative suscite à nouveau l'enthousiasme sur les réseaux sociaux. La Nordheimoise est désormais épaulée par une de ses amies, Dorothée Randolfi. "Il faut avoir l'œil partout, on n'est pas trop de deux", explique cette dernière.

Vous n’êtes pas familier du concept ? On vous explique cette jolie action solidaire. C'est une boîte de chaussures contenant plusieurs objets, à destination des personnes démunies. On doit impérativement y trouver un produit de beauté, quelque chose de chaud, un objet de loisir, un mot doux et une petite douceur.

90 points de collecte

Ensuite, "emballez votre boîte comme un cadeau", précise Solidarité Bas-Rhin. Une fois votre jolie boîte en main, vous pouvez la déposer au sein d'un des 90 points de collecte répertoriés dans cette carte. Où que vous soyez en Alsace, vous devriez pouvoir trouver votre bonheur.

Votre boîte sera ensuite collectée par des associations, qui se chargeront de les distribuer lors de leurs maraudes à des personnes dans le besoin. Cette année, Solidarité Bas-Rhin innove. Auparavant, des bénévoles récupéraient les boîtes de Noël, pour ensuite les redistribuer aux associations.

Mais "au bout d'un moment, on a eu du mal à trouver des associations", tellement le succès était grand explique Dorothée. En inversant les modalités de retrait, le duo espère que chaque boîte trouvera plus facilement preneur, et compte donc sur les points de collecte. Bon nombre d'entre eux étaient déjà dans le dispositif l'an dernier.

Un élan de solidarité porté par la crise du Covid-19

Christine Dauger fait partie de ces premiers contributeurs, avec ses deux boulangeries à Sélestat et Orschwiller. Elle a pris connaissance de l'initiative par sa belle-fille, alors bénévole à la logistique des boîtes de Noël à Strasbourg : "J'ai trouvé l'idée géniale, j'ai donc naturellement proposé mon aide." Un soutien de taille, puisque Christine a pu récolter "pas loin de 800 boîtes" avec ses deux établissements. "Ça a plu à beaucoup de monde, il y a eu un réel engouement", se souvient-elle, estimant que "le contexte du Covid-19 a aidé" en fin d'année 2020.

Comme un besoin d'être plus solidaires. C'est aussi l'impression de Dorothée. "C'est génial de voir l'élan d'entraide que ça a suscité, et que ça suscite encore", s'enthousiasme la bénévole. "On a tous un dentifrice ou un savon qui traîne, un paquet de gâteaux… Avec pas grand-chose, on peut faire plaisir, c'est le message des boîtes de Noël."

Christine Zenns, nouvelle dans le dispositif, partage cet avis. En inscrivant sa chambre d'hôte de Langensoultzbach dans la liste, elle a "voulu aider à son niveau". L'hôtesse a vu que les points de collecte manquaient dans sa zone, et s'est dit que les personnes seraient "peut-être plus tentées de participer si c'est à côté de chez eux".

L’an dernier, l’opération a connu un grand succès dans toute la France, où plus de 200.000 boîtes ont été distribuées, selon les chiffres de Solidarité Bas-Rhin. Les Alsaciens ont été particulièrement généreux avec plus de 40 000 boîtes de Noël récoltées.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.