Bière : trois brasseries alsaciennes dans le top 20 des meilleurs producteurs artisanaux de France

Publié le

Trois brasseries artisanales d’Alsace figurent dans le top 20 des meilleures brasseries régionales de France établi par l’association 60 millions de consommateurs. L’occasion d’un coup de projecteur sur ces petites structures de production qui ont de plus en plus la cote.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Elles n’ont souvent que quelques années d’existence et des volumes de production confidentiels au regard des poids-lourds industriels du secteur. Les bières artisanales s'imposent pourtant de plus en plus dans les bars et sur les rayonnages des supermarchés. Au point de devenir un phénomène passé au crible par 60 millions de consommateurs.

Dans son dernier hors-série, le magazine consacre tout un dossier à ces brasseries régionales qui fleurissent partout sur le territoire. Il en a retenu 20 parmi lesquelles figurent trois alsaciennes : les brasseries Perle et Bendorf, toutes deux à Strasbourg (Bas-Rhin), et la brasserie Sainte Cru à Colmar (Haut-Rhin).

"C’est une super reconnaissance", se réjouit Soizic Zemb, responsable commerciale de la brasserie Bendorf, implantée en pleine ville, dans le quartier du Neudorf, depuis maintenant dix ans. Au départ, il s’agissait d’une micro-brasserie avec un seul brasseur, le créateur, œnologue de formation. Aujourd’hui, la petite structure emploie six personnes et produit 2.500 hectolitres par an dans son local de production d’à peine 300m². Elle écoule sa production en vente directe dans sa petite boutique et auprès des professionnels.

En quatre ans, elle a vu sa production doubler, et en veut encore plus. Grâce à son classement dans le top 20, elle espère toucher un nouveau public : "pour l’instant, nos clients sont essentiellement des connaisseurs, des adeptes des bières artisanales, constate Soizic Zemb. On voudrait pouvoir capter ceux qui ne viennent pas pour l’instant sur ce type de produits parce qu’ils les trouvent trop chers ou par manque de curiosité."

La concurrence est rude. De la Bretagne à l’Occitanie, de l’Ile-de France à la Bourgogne, les petites brasseries se sont multipliées au cours de la dernière décennie. On en dénombre une cinquantaine en Alsace et 2630 au plan national.

Les ingrédients du succès : terroir et originalité

Pour se démarquer, il faut disposer de deux cartes maitresses. Celle du terroir tout d’abord. Si la production française de houblon n’y suffit pas - il est en grande partie importé, des Etats-Unis notamment - le malt et la levure nécessaires à l’élaboration de la bière viennent généralement autant que possible de producteurs locaux.

L’originalité est l’autre ingrédient indispensable. Chez Bendorf, on l’affiche sur les étiquettes – désignées par des artistes strasbourgeois – et dans les recettes. La marque propose sept bières permanentes et des cuvées éphémères. Avec des parfums parfois improbables : menthe-coco-raifort ou encore orange-carotte-gingembre. Plus surprenant encore, une bière au concombre et au poivre. "Elle a cartonné en festival parce qu’elle est très fraîche, commente la commerciale. On l’élabore en faisant macérer du concombre en infusion à froid, et on fait aussi macérer le poivre qui apporte un certain piquant."

Autre expérience en cours : une bière au vin qu’élabore depuis quatre ans la brasserie avec un vigneron alsacien, en assemblant la bière avec des grappes de raison dans des barriques de vin.

Aucune limite à l’imagination, car la bière ne bénéficie pas d'appellation d’origine protégée (AOP) ni d’indication géographique protégée (IGP). Difficile donc de trier le bon grain de l’ivraie dans ce secteur devenu très concurrentiel, mais la brasserie strasbourgeoise préfère. "Si on a un cahier des charges comme le vin, ce sera moins fun. La bière est un produit « fou fou », sourit Soizic Zemb. On peut essayer plein de choses, mettre n’importe quoi dedans, c’est grâce à cela que l'on peut se démarquer. Si on ne peut plus créer de goûts, ça deviendra monotone ».

Ces brasseries bénéficient d’un beau tremplin pour l’avenir : selon le baromètre 2022 Sowine/Dynata qui fait référence pour décrypter les tendances de consommation, la bière a détrôné le vin pour devenir la boisson alcoolisée préférée des Français.