Internet : une enquête ouverte suite à la panne géante chez Free et SFR après des "actes de vandalisme" sur des liaisons fibre

Publié le Mis à jour le
Écrit par Flavien Gagnepain avec AFP

Dans la nuit du 26 au 27 avril, une partie des réseaux de Free et SFR sont tombés en panne après des actes de vandalisme. Des ruptures de liaisons de fibre optique en seraient à l'origine. Plusieurs régions dont le Grand Est sont impactées. Une enquête est ouverte.

Depuis environ 4 heures du matin ce mercredi 27 avril, les réseaux internet connaissent une importante panne en France. Elle touche essentiellement la partie est du pays, le Grand Est et la Bourgogne-Franche-Comté ne sont pas épargnés.

Des actes de malveillance sont à l'origine de ces pannes et ralentissement. Une source proche du dossier a indiqué à l'AFP que "ce genre d'incident de cette ampleur [n'arrivait] jamais", sans pour autant connaître les auteurs de ces actes. D'après l'AFP, les réseaux fixes et mobiles de SFR et Free sont les principaux touchés par la panne. Les groupes Orange et Bouygues Télécom ont indiqué ne pas être concernés.

Nicolas Guillaume, dirigeant de l'opérateur alternatif dédié aux professionnels Netalis cherche à donner des explications à l'AFP : "Est-ce qu'il s'agit d'un acte de terrorisme numérique? Peut-être. Il y a eu là un impact majeur car la coordination des attaques sur les câbles a été bien faite, par de gens qui inévitablement connaissent le réseau."

Enquête ouverte

Selon les premières constatations, ce sont des câbles "longue distance" inter-régionaux en fibres optiques qui passent le long des autoroutes, des voies ferrées et voies navigables, qui ont été sectionnés volontairement en plusieurs lieux, notamment la liaison Paris-Lyon et Paris-Strasbourg.

"Trois des quatre artères de Free", appelées "backbone" et qui constituent "la colonne vertébrale de leur réseau ont été vandalisées". Colonne vertébrale d'un réseau internet, le "backbone" sert à interconnecter le trafic internet entre différentes zones géographiques grâce à des fibres à très haut débit.

En fin d'après-midi ce 27 avril, le parquet de Paris a annoncé ouvrir une enquête pénale après ces sabotages.

Des sabotages en mars 2020

En mars 2020, des câbles télécoms avaient été intentionnellement coupés en Ile-de-France, à Vitry et et à Ivry (Val-de-Marne), privant momentanément d'accès à internet des dizaines de milliers d'abonnés d'Orange tandis que des centres de données voyaient leurs activités perturbées. Une plainte avait déposée et une enquête ouverte, mais l'une des parties au dossier a indiqué mercredi à l'AFP n'avoir eu "aucune nouvelle des autorités" à ce sujet.

D'après le site internet Univers Freebox, des coupures de fibre en Ile-de-France sur des infrastructures qui lient Paris à d'autres grandes métropoles ont été constatées dans la nuit du 26 au 27 avril. Une hypothèse confirmée par Numérama, qui explique que ces ralentissements sont liés à "des ruptures de liaisons de fibre optiques"La coïncidence d’un triple accident provoqué par trois pelleteuses sur un chantier tapant malencontreusement sur les câbles de fibre optique est une hypothèse qui serait franchement surprenante, explique le site.

Toujours selon Numerama, les remontées et les échanges entre spécialistes établissent les ruptures vers 3h20, 3h40 et 5h20 du matin, touchant essentiellement SFR et Free, mais aussi Orange. Moins du côté de chez Bouygues.

Dans le Grand Est, l'Alsace et la Champagne-Ardenne touchées

Parmi ces liaisons impactées, l'axe Paris-Strasbourg. Résultat, plusieurs pannes et ralentissements ont été constatés dans le Grand Est. Sur le site Downdetector, on peut lire que les signalements des internautes ont augmenté depuis le matin du 27 avril. Contrairement à ce que nous indiquions précédemment, le réseau Free n'est pas le seul impacté. Des signalements ont été faits par des clients de SFR.

L'Alsace est touchée, mais aussi la Champagne-Ardenne et dans une moindre mesure, la Lorraine.

En fin de matinée, le ministère de l'Economie a confirmé à l'AFP avoir été informé du problème de "tuyaux sectionnés" qui pourraient correspondre à des actes de vandalisme, tandis que l'opérateur Free, largement affecté, a signalé sur Twitter de "multiples actes de malveillances" sur l'infrastructure fibre survenus durant la nuit et désormais "circonscrits".

Sur les réseaux sociaux, de nombreux utilisateurs du réseau Free se sont inquiétés de voir leur connexion tomber en panne. Ils se sont rapidement rendus compte qu'ils n'étaient pas les seuls.

D'après plusieurs internautes, la situation semblait s'améliorer en fin de matinée.