Peste porcine africaine : des gestes de prévention très simples

Publié le Mis à jour le

La peste porcine africaine s'étend en Europe, et se rapproche des frontières françaises : des cas récents ont été mis au jour dans le Bade-Wurtemberg et dans les Caraïbes. Les voyageurs, mais aussi les éleveurs, les chasseurs et les transporteurs sont incités à adopter les bons gestes.

La peste porcine africaine est très contagieuse mais elle n'est pas dangereuse pour l'Homme. Par contre, elle est mortelle pour les porcs et les sangliers sauvages, et il n'existe ni vaccin ni traitement. Seuls les gestes de prévention peuvent stopper cette épizootie (épidémie animale).

Plusieurs foyers de contamination ont été découverts en Europe et plus récemment le 25 mai 2022, dans un élevage de porcs à Forchheim-am-Kaiserstuhl, dans le Bade-Wurtemberg, à 6 km de la frontière française. 

Le ministère de l'Agriculture précise les enjeux : "Maintenir notre pays indemne de la maladie est primordial : l’apparition du virus en France entraînerait la fermeture totale ou partielle des marchés à l’export pour les porcs ou les produits porcins français."

Un plan de communication est lancé pour informer les différents acteurs des gestes à adopter. Voici les principaux efforts demandés à chacun :

Les voyageurs

C'est une demande inhabituelle mais qu'il faut prendre au sérieux : les voyageurs sont invités à ne pas transporter de viande de porc lors de leurs déplacements à l'étranger.

Le virus se transmet aux animaux par ingestion de viande de porc contaminée notamment. Il peut survivre pendant plus de deux mois dans les produits de fumaison et de salaison notamment, ou dans de la viande de porc mal cuite.

La vigilance est aussi de mise pour les restes d'aliments à base de porc : ils doivent être jetés dans des poubelles fermées pour éviter que des sangliers ne les mangent et s'infectent (sur les aires d'autoroute, dans les campings, en promenade...).

Les éleveurs

Les éleveurs sont déjà contraints de déclarer le voyage de porcs ou de sangliers à l'international. Ils doivent respecter les mesures sanitaires de biosécurité suivantes : nettoyage et désinfection des véhicules et du matériel, respect strict des dispositifs destinés à éviter les contacts entre animaux d’élevage et sangliers sauvages, signalement et déclaration de toute suspicion de peste porcine africaine.

Les symptômes de la maladie sur les porcs sont :

  • appétit diminué ;
  • fièvre (> 40°C) ;
  • augmentation de la consommation d’eau ;
  • abattement ;
  • regroupements inhabituels d’animaux ;
  • +/- rougeurs sur la peau (oreilles, abdomen…) ;
  • +/- avortements et mortalité sous la mère.

« Mieux vaut signaler un cas suspect qui s’avèrerait négatif plutôt que de ne pas détecter la maladie », précise le ministère de l'Agriculture.

Les chasseurs et promeneurs

Tout sanglier mort découvert dans la nature doit être signalé aux directions départementales en charge de la protection des populations (DDP) ou à l’Office français de la biodiversité (OFB).

Depuis le début du mois de juin, les chasseurs du Bas-Rhin ont renforcé leur vigilance et ils surveillent les sangliers sauvages dans une zone proche du foyer de contamination allemand.

La DDP du Bas-Rhin est joignable au 03.88.88.86.00, celle du Haut-Rhin au 03.89.24.81.37.

L'OFB est joignable au 03 88 70 76 93 (La Petite-Pierre, 67) et au 03 89 33 90 03 (Guebwiller, 68).