Réchauffement climatique : quelles températures en 2050 en Alsace ?

Quel temps fera-t-il en 2050 ? Difficile de répondre précisément à une telle question tant le réchauffement climatique et ses effets s'accélèrent d'année en année. Ce qui est sûr, c'est qu'il fera plus chaud et certaines prévisions à très long terme se produisent déjà.

Des températures en hausse, des nuits plus chaudes et des jours de gel en moins, voilà ce qui attend la planète pour les années à venir. Évidemment, l'Alsace n'échappe pas au réchauffement climatique. Certains chiffres annoncés pour 2050 sont même déjà d'actualité.

Météo France a développé un outil qui permet d'imaginer le climat dans lequel nous vivrons en 2050. Des données compilées sur le site Climadiag Commune qui indique à quels risques les grandes villes de chaque région sont confrontées en fonction des indicateurs.

On y retrouve les températures moyennes par saison, mais aussi les précipitations attendues, les vagues de chaleur ou encore les risques de feux de forêt. Pour retrouver les prévisions pour votre commune en Alsace, sélectionnez-la dans l'outil ci-dessous.

Loïc Alter est météorologue et prévisionniste pour l'association Météo Suivi Alsace, qu'il préside. Au vu des données de Climadiag Commune, il prévient. "Il ne faut pas prendre tout cela au pied de la lettre. Il existe une grande incertitude qui dépend de plein de choses qu'on ne maîtrise pas forcément, que ce soient des facteurs naturels ou les émissions de CO2."

Pour chaque rubrique, une valeur de référence est inscrite, se basant sur les relevés faits entre 1976 et 2005. Elle est comparée avec une projection pour 2050, la valeur médiane. Car des estimations haute et basse existent aussi pour chaque rubrique.

Le risque de sécheresse augmente inévitablement.

Loïc Alter

Président de Météo Suivi Alsace

Voilà pour la méthodologie. Maintenant, que veulent dire tous ces chiffres ? Sans surprise, on assiste à une hausse des températures, et ce tout au long de l'année. "On va vers des saisons de plus en plus chaudes. Chose qu'on voit déjà actuellement."

En été par exemple, on passe d'une moyenne de 19,5°C à 21,4°C prévus en 2050 à Strasbourg. Deux degrés d'augmentation qui peuvent avoir des conséquences sévères sur la nature. "Le risque de sécheresse augmente inévitablement. On risque de voir de plus en plus de feux de forêts, comme on peut le lire dans l'infographie", poursuit Loïc Alter.

Des feux de forêts plus nombreux

En effet, le risque significatif est multiplié par 2,7 en moyenne selon les secteurs. Si on se base sur la projection haute, on monte à une multiplication par 43. "On n'aura pas les énormes incendies qu'on voit dans le sud de la France, mais il faut s'attendre à en voir plus souvent", prévient Loïc Alter. L'été 2022 avait d'ailleurs été marqué par des incendies en série dans le Bas-Rhin.

Mais Loïc Alter tient à attirer l'attention sur l'été 2023. "On a eu un été à 21,5°C de moyenne, donc on est déjà au-dessus des projections médianes de 21,4", fait-il remarquer, alors que le mois de juillet a été marqué par des températures plus fraîches que les années précédentes (tout en étant de saison).

Ça peut accroître le potentiel de précipitations extrêmes.

Loïc Alter

Président de Météo Suivi Alsace

Concernant les précipitations, les données nous apprennent qu'elles seront plus nombreuses au cumul. Mais la pluie ne tombera pas de manière aussi continue qu'aujourd'hui. "La logique d'un point de vue climatique voudrait qu'un climat plus chaud peut techniquement contenir plus d'eau dans l'atmosphère. Ça peut accroître le potentiel de précipitations extrêmes", ajoute le météorologue.

Orages et pluies intenses s'accéléreront pendant les périodes estivales. "Ce seront des phénomènes très localisés, comme ce qu'on a vu dans les Alpes-Maritimes mi-octobre avec la tempête Aline. Chez nous, le Kochersberg sera encore plus à risque. On voit d'ailleurs déjà des phénomènes de ruissellements et d'inondations."

Encore plus de nuits chaudes

Dernier indicateur notable : les nuits chaudes (supérieures à 20°C) vont augmenter essentiellement dans les grandes villes. À Strasbourg, on passera de 4 à 16 nuits chaudes par an, de 3 à 14 à Colmar ou encore de 1 à 10 à Mulhouse. "C'est la conséquence directe des journées très chaudes. Les îlots de chaleur favorisent ces nuits. La chaleur est emmagasinée par les bâtiments et à la nuit tombée, ils la relâchent", détaille Loïc Alter.

Le prévisionniste ajoute que tous ces changements auront un effet sur un secteur en particulier : celui de l'agriculture. "Le réchauffement climatique remettra en cause certaines cultures, comme le maïs. Il se pourra que certaines céréales meurent sur pied avant même de pouvoir être récoltées. La question se posera aussi pour la viticulture. Il faudra réfléchir à d'autres cépages qui résistent mieux à la chaleur."

Loïc Alter en est convaincu, il faudra régulièrement mettre à jour les projections concernant le climat en France. "Vu la conjoncture et la vitesse d'évolution, la situation risque d'évoluer dans le mauvais sens." Les valeurs hautes risquent d'être atteintes, voire dépassées.