Sébastien Loeb : "L'image rêvée, c'est de gagner le Dakar"

Publié le Mis à jour le

Du 1er au 14 janvier 2022, Sébastien Loeb disputera son sixième Dakar, en Arabie saoudite. À quelques jours du départ, le pilote alsacien s'est confié sur sa préparation et ses ambitions. Toujours sans victoire sur le rallye raid, il estime que toutes les conditions sont réunies pour enfin remporter la course.

En ce début d'année 2022, Sébastien Loeb sera en Arabie saoudite pour son sixième Dakar. Après une neuvième place, deux podiums, et deux abandons, l'Alsacien espère cette fois remporter la course qui lui échappe toujours, avec à ses côtés Fabian Lurquin, son nouveau copilote belge.

Cette année, des nouvelles réglementations techniques pourraient permettre à son équipe, Bahrain Raid Extreme (BRX), de sortir du lot. Avant de s'envoler pour le Moyen-Orient, le nonuple champion du monde de rallye WRC a répondu aux questions de France 3 Alsace.

Dans quel état d'esprit êtes-vous à quelques jours du départ ?

"Forcément motivé. Les derniers essais se sont bien passés. C'est vrai qu'on a eu des petits contretemps dans notre préparation (en novembre, une voiture avait pris feu et avait brûlé un technicien, ndlr), et on s'est dit qu'il allait quand même falloir rouler, parce que ça devenait compliqué. Et finalement, les derniers essais à Dubaï début décembre, c'était vraiment sympa. On a bien travaillé au niveau de la navigation, la voiture était fiable, et la nouvelle réglementation T1 + a rendu des voitures assez agréables à conduire. Tout ce qu'on a pu voir en fin de préparation était positif, donc c'est encourageant."

En quoi cette réglementation peut vous aider ? 

"La voiture est beaucoup plus large, mais le principal changement, c'est au niveau des roues. L'an dernier, on était pas mal embêtés par des crevaisons. Là, on a des grosses roues qui crèvent beaucoup moins, et qui permettent d'être plus à l'aise dans les pierres et sur les franchissements dans le sable. C'est clair qu'il y aura moins de crevaisons. Après, quand on a les pneus plus solides, on roule un peu plus vite aussi, donc on arrive quand même à la limite !"

La dernière image de vous au Dakar, c'est vous, assis dans le sable avec Daniel Elena, en attendant le camion de dépannage après une énième crevaison. Quelle image voulez-vous qu'on garde de votre Dakar 2022 ?

"Déjà, il faut le finir ! Après forcément, l'image rêvée, c'est de le gagner. Mais le Dakar, on sait que c'est une course longue et compliquée. Il faut réussir à tout mettre bout à bout pour gagner, ne pas faire d'erreur de pilotage et de navigation, savoir ménager la mécanique... L'objectif, c'est de faire un bon rallye. Si le copilote et moi ne faisons pas d'erreur, logiquement, on devrait jouer les premiers rôles. Si on fait un podium, c'est bien. Mais si on peut être devant, c'est mieux."

On ne part pas tous les deux de zéro. Il a son expérience, j'ai la mienne, on parle tous les deux français, on a la même vision de la navigation... Il faut juste s'accorder sur des façons de faire.

Sébastien Loeb

À propos de Fabian Lurquin, son nouveau copilote

Cette année, vous roulez avec un nouveau copilote, Fabian Lurquin. Après 23 ans aux côtés de Daniel Elena, comment on retrouve des repères ? 

"On avait fait un petit rallye de préparation en Espagne, où la navigation n'était pas trop compliquée. Mais ça nous a permis de nous familiariser un peu avec la communication dans la voiture. Ensuite, on n'a pas eu l'occasion de beaucoup rouler, mais en essais, on a fait des spéciales bien compliquées, et globalement ça s'est bien passé. Après, on ne part pas tous les deux de zéro. Il a son expérience, j'ai la mienne, on parle tous les deux français, on a la même vision de la navigation. Il faut juste s'accorder sur des façons de faire." 

Votre mois de janvier sera très chargé, avec le Dakar, puis votre retour en WRC à Monte-Carlo à la fin du mois. À quoi ressemblera le reste de votre année 2022 ?

"C'est vrai que janvier sera hyper chargé. Je finis le Dakar le 14, je rentre le 15, puis j'enchaîne des essais et les reconnaissances avant le WRC. Donc il n'y a aucune trêve. Il y a des chances que je continue en Extreme E (une nouvelle compétition mixte de SUV électriques, dont il a remporté la dernière étape avec l'Espagnole Cristina Gutierrez, ndlr), il y a des chances que je fasse d'autres rallyes raids, même si ce n'est pas défini, mais aussi d'autres rallyes WRC. Mais encore une fois, rien n'est déterminé. L'Extreme E reprend en février, et pour le reste de la saison, il y a des pistes. Mais rien d'acté."