Ardennes : ouverture de 1000 cafés dans 1000 communes, le défi rural lancé par l'association Groupe SOS

Publié le Mis à jour le
Écrit par CC avec Rachida Bettioui

La mort du petit commerce dans les villages de France est un vrai sujet de société et une précoccupation pour les habitants. Le Groupe SOS, numéro un de l'économie sociale et solidaire en Europe lance l'opération 1000 cafés en septembre 2019 afin de redynamiser les petites communes rurales.
 

Thin-le-Moutier est une commune des Ardennes d'environ 600 habitants située à une vingtaine de kilomètres de Charleville-Mézières. Le village a vu ses commerces et ses cafés fermer les uns après les autres. Pourtant il y a une dizaine d'années, le café ouvrait encore ses portes et trouvait toujours un repreneur.



Gabrielle Bricart, 94 ans, native du village depuis trois générations se souvient : "mon père disait qu'il avait connu 16 cafés auparavant dans ce village ! " L'objectif est de revitaliser les petites communes rurales en ouvrant ou en reprenant 1.000 cafés dans 1.000 communes de moins de 3.500 habitants. Parmi ces villages, Thin-le-Moutier a été selectionné. C'est Léopoldine Mbowe, une habitante du village qui a inscrit cette commune dans ce projet.



Installée il y a quatre ans dans cette commune, Léopoldine crée son association Soleil des Crêtes en 2018, et ouvre une épicerie solidaire pour rendre service aux habitants. Aujourd'hui, elle souhaite offrir un lieu d'échange et de convivialité supplémentaire.

J'ai répondu à l'appel à projet, puis les personnes de Paris sont venues ici. Il y a eu un entretien et quelques temps après j'ai reçu un courrier comme quoi nouis avons été sélectionné pour mener le projet. 

- Leoplodine Mbowe, habitante du village et Fondatrice de l'association Soleil des Crètes



Pour le moment, Léopoldine installe ses clients autour d'une table dans l'épicerie mais bientôt les travaux du café vont débuter. 

"Chaque commune a droit à 200.000 euros, c'est une enveloppe importante. Cela va créer de l'emploi et ainsi diminuer le chômage et diminuer les tensions sociales" précise très justement Leopolodine Mbowe. Un projet qui n'aurait pas pu voir le jour sans le soutien de l'association solidaire Groupe SOS.

 



Le café-bistrot, recréer un lieu de vie 

Le défi du Groupe SOS est de résorber la fracture territoriale en revitalisant les petites communes rurales tout en recréant un lieu de vie disparu: le café-bistrot !



"J'ai demandé au Groupe SOS de prévoir un endroit où les jeunes peuvent se retrouver parce qu'il n'y a pas de point de rassemblement pour les jeunes dans le village." Léopoldine ajoute avec enthousiasme, "on pourra manger sur place, danser sur place, faire la fête sur place !"  



Le café de Léopoldine servira aussi de point-relais pour les colis et ouvrira ses portes au printemps prochain.



 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité