Ardennes : le bassin d'un méthaniseur déborde, pollution d'une rivière sur 4,5 kilomètres

Depuis le jeudi 18 août, à la suite d'un accident qui s'est produit à hauteur d'une exploitation agricole de Girondelle (Ardennes), une partie d'un cours d'eau n'abrite plus de vie : tous ses poissons sont morts. À cause d'un équipement de méthanisation qui a débordé, la Sormonne est polluée sur 4,5 kilomètres.

Depuis le jeudi 18 août 2022, la Sormonne est polluée. La faute à un accident de tracteur, qui a eu pour conséquence imprévue le débordement d'un bassin au sein d'une unité de méthanisation. 

Affluent de la Meuse, la Sormonne est une petite rivière de 56 kilomètres s'étendant dans les environs de Charleville-Mézières (Ardennes). Un cours d'eau utilisé par plusieurs éleveurs pour abreuver leur bétail.

Les faits se sont produits dans l'exploitation agricole de Xavier Duneme (350 hectares de céréales, 150 vaches laitières de race holstein et jersiaise). Ce dernier travaille à Girondelle (Ardennes), et narre à France 3 Champagne-Ardenne que "c'est la première fois" que ça lui arrive, et songe à "automatiser son système pour le rendre plus sécurisé" à l'avenir.  


Ce qu'il faut savoir sur l'installation en cause (ou plutôt concernée, car l'infrastructure, construite en 2019 pour un coût de deux millions d'euros, est en bon état) c'est qu'elle se décompose en trois parties :

  • une cuve où le lisier (excréments) se sépare entre solide et liquide
  • un bassin où est recueilli ce liquide, appelé digestat, en vue de l'épandage sur les champs
  • les silos de stockage du méthane, qui alimentent en électricité 150 foyers environnants


En réalité, c'est un accident doublé d'une erreur humaine qui a causé cet épisode de pollution. Le patron de l'exploitation, Xavier Duneme, souhaitait épandre. Son bassin étant "à moitié vide", il a ouvert une valve pour le remplir à partir de la cuve. Comme c'est une opération qui prend du temps, il est ensuite parti épandre sur son tracteur à 11h00... avant de tomber en panne. Il n'est donc pas revenu fermer la valve. Entre l'intervention du dépanneur et son retour à 16h00, le bassin avait débordé vers le cours d'eau, situé à 500 mètres de là. La quantité de liquide a été évaluée à 20.000 litres environ. 

Moyens d'action

L'agriculteur a immédiatement prévenu les autorités compétentes, et averti les autres éleveurs du coin pour que leur bétail ne s'abreuve plus dans la rivière. Cette réaction rapide n'a pas empêché la pollution de la Sormonne sur 4,5 kilomètres. Les pompiers ont tenté d'ajouter de l'eau dans la rivière pour diluer le digestat, mais n'ont pas pu faire grand-chose à cause de la sécheresse (voir la carte ci-dessous).

Ce n'est que le mardi 23 août que les pompiers ont pu déverser une plus grande quantité d'eau. L'objectif était triple : rehausser le niveau de l'eau, rafraîchir celle-ci, et l'agiter pour l'aérer (elle n'est plus oxygénée, ce qui a causé la mort des poissons). 

L'Office français de la biodiversité (OFB) est sur le coup. Jérôme Rouet, le maire, explique à France 3 qu'"il faut que le débit d'eau augmente et que la nature reprenne le dessus". Après l'intervention salutaire des pompiers, les prochains orages sont donc attendus avec impatience pour apporter un peu de pluie. 

Outre les poissons morts, d'autres espèces sont touchées : comme le castor qui bâtit ses barrages à hauteur d'Étalle (l'épisode de pollution s'y trouve toujours après avoir ralenti). Selon la préfecture des Ardennes, "de la pollution, de la mortalité piscicole, et la destruction d'espèces protégées" sont à déplorer. Ce qui contrevient triplement aux articles L216-6, 415-3, et 432-2 du code de l'environnement. Ainsi, en théorie, le responsable pourrait être condamné à deux ans d'emprisonnement et 150.000 euros d'amende.