Basket-ball : Loïc Akono victime d'injure raciste en plein match, trois plaintes déposées

Le vendredi 3 février, Loïc Akono a déposé deux plaintes, et son club de basket-ball des Canonniers de Metz (Moselle) une autre après l'injure raciste entendue dans le public de l'Aréna de Charleville (Ardennes) quelques jours plus tôt. Le joueur a reçu un large soutien.

Le parquet de Charleville-Mézières (Ardennes) s'était déjà saisi de l'affaire. Mais cette dernière prend bien plus d'envergure avec le dépôt officiel de trois plaintes contre X.
L'Agence France-Presse (AFP) rapporte que ces plaintes ont été déposées le vendredi 3 février 2023.  Deux ont été déposées pour "provocation à la haine lors d'une manifestation sportive", respectivement par le club de basket-ball des Canonniers de Metz (Moselle) et par son joueur Loïc Akono, qui a rapporté avoir entendu un membre du public lui intimer de se "[relever], bonobo"
Ce délit, prévu à l'article L332-6 du code pénal, est puni notamment d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende. Loïc Akono a déposé une deuxième plainte dans la foulée, pour "injure à caractère racial". 

Déclaration contre le racisme

"C'est bien qu'une enquête ait été ouverte", souligne maître Xavier Iochum, l'avocat des plaignants. "Mais pour le joueur lui-même, c'est bien qu'on puisse aussi investiguer sur les injures racistes qui lui ont été personnellement adressées, avec l'espoir que cela débouche sur un procès."
La Fédération française de basket-ball (FFBB) a également réagi rapidement et fermement en sanctionnant le club de Charleville, les Étoiles. Ce dernier ne peut plus jouer ses matches qu'à huis-clos jusqu'à nouvel ordre. Ce qui le prive de certaines recettes financières, notamment les entrées et la buvette. 
Une déclaration contre le racisme doit en outre être lue au départ de chaque match, dans toutes les divisions masculines comme féminines. Le club de Blois (Loir-et-Cher) a déjà emboîté le pas du club de Charleville puis que ce texte y a été lu ce samedi 4 février. C'est tout le monde du ballon orange qui pourrait marquer ainsi sa solidarité.
Ému, mais ayant pu compter sur un fort soutien, Loïc Akono s'est livré et a appelé à ce que cet acte ne reste pas impuni. C'est la première fois en vingt ans de carrière que ça lui arrivait.