JO Paris 2024 : Nouzonville, la commune des Ardennes qui a soif d'olympisme

Cocorico ! Nouzonville fait partie des trois communes ardennaises à rejoindre l’aventure des JO de Paris 2024. Avec le label "Terre de jeux", celle qu’on surnommait “le Creusot des Ardennes” voit désormais plus loin : accueillir une délégation étrangère.

 

Nouzonville, commune des Ardennes retenue pour l'aventure des JO de Paris 2024
Nouzonville, commune des Ardennes retenue pour l'aventure des JO de Paris 2024 © Florian Lecoultre
C’est un maire heureux. Il y a bien évidemment sa réélection à la tête de Nouzonville dans les Ardennes, mais aussi cette bonne nouvelle tombée ce lundi 6 juillet. “On est content d’avoir retenu l’attention de Tony Estanguet, s’enthousiasme Florian Lecoultre, premier magistrat nouzonnais. On espère qu’au fur et à mesure que les JO de Paris 2024 vont se rapprocher, la fièvre sportive s’emparera de notre territoire." Un sentiment partagé par les deux autres communes ardennaises sélectionnées lors de cette nouvelle salve de labellisation.
 
Avec ce label "Terre de jeux 2024", Nouzonville doit respecter un cahier des charges bien plus lourd que pour organiser une fête de village. Promouvoir le sport, valoriser le respect de l’environnement, faire vivre l’olympisme et la magie des JO de Paris…

Comment ? Avec des écrans géants dans toute la ville, des animations sportives aussi bien dans les écoles que dans la rue et pourquoi pas une fan zone où se retrouver le soir. Ce sont les recommandations du comité "Terre de Jeux". “On va y réfléchir, tout cela est encore loin et on ne veut rien précipiter, tempère le maire. Mais on travaille déjà à des olympiades et à une semaine de l’olympisme à l’école pour début 2021.”

La tâche se corse désormais pour la municipalité. Il faut motiver tout le monde : des clubs sportifs et associations, en passant par les habitants de cette commune de 5600 âmes, pas épargnée par son histoire.
 

Ce label est important pour nous parce qu’on doit montrer la vitalité de notre commune, changer l’image qui nous colle un peu à la peau, de ville ouvrière. On ne renie absolument pas ce passé. On a vécu nos lots de drames sociaux, qui marquent au fer rouge notre histoire, mais on cherche aussi à se mettre en dynamique, on a plein de projets.

Florian Lecoultre, maire de Nouzonville

Et cela commence déjà par Tokyo 2021. Car avant de faire vivre les JO de Paris, il faut célébrer ceux de l’année prochaine, repoussés pour cause de Covid19. Là aussi la municipalité réfléchit.
 

L’incroyable pari asiatique 

Certifiée "Terre de jeux", la commune ardennaise peut prétendre à plus : devenir un centre de préparation et accueillir une délégation étrangère qui souhaiterait s'exercer en France avant l’échéance de 2024. “Il y a un couple d’entraîneurs de gymnastique ouzbek très réputé à Nouzonville. Nous avons des relations avec l’équipe nationale là-bas. Qu’on se le dise, les partenariats se font de directeur technique à directeur technique, cela marche beaucoup par réseau”, nous confie Jean-Paul Grasmuck, président du Comité Départemental Olympique et Sportif des Ardennes et commissaire enquêteur. 

Florian Lecoultre sait qu'avec ces deux grands noms internationaux que sont Sergey Galkin et Evgeniya Nedikova, et des infrastructures reconnues, la commune a une carte à jouer. "Cela traîne dans les cartons depuis quelques années, maintenant on va étudier la faisabilité technique. Après, ce serait quelque chose de formidable de recevoir des athlètes internationaux, mais il ne faut rien précipiter".
 
Et là encore la concurrence est rude. Charleville-Mézières postule aussi pour devenir centre de préparation, comme des centaines d’autres villes en France aussi. “On espère attirer les nations moins argentées, en leur proposant des infrastructures de qualité à un coût moindre… et Paris n’est quand même pas si loin”, avance le commissaire enquêteur ardennais.

Une chance sur sept

Le parcours du combattant ne s'arrêterait pas là. "Si ces villes sont retenues pour accueillir des délégations étrangères, pas sûr qu’elles viennent. En fait, elles seront dans un catalogue avec toutes les villes sélectionnées et c’est à ce moment là que les équipes internationales, entre deux pages qu’elles feuillettent, décideront de là où elles se prépareront." Pour les Jeux Olympiques de Londres, seule une ville sur sept de ce catalogue avait reçu une sélection étrangère.

De là à voir Nouzonville passer le stade supérieure, rien n’est moins sûr. La compétition est déjà intense en Champagne-Ardenne.
 

“L’Aube a pris ce label à bras le corps, c’est remarquable. Il faut dire qu’ils sont plus près de Paris que nous et qu’ils ont François Baroin.”

Jean-Paul Grasmuck, président du CDOS Ardennes


Nouzonville fait partie du cercle des 11 communes et collectivités ardennaises "Terre de jeux". Mais l’objectif du CDOS des Ardennes est bien plus élevé : atteindre les 100 labellisations dans le département. De quoi encore accroître la compétition pour le "Creusot des Ardennes".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux olympiques sport international
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter