Ardennes : après le fiasco des cycles Mercier, une entreprise de vélos électriques va s'installer à Revin

Publié le Mis à jour le

Des vélos électriques devraient bientôt être construits à Revin, dans les Ardennes. La société Cibox va s'installer sur la friche Porcher, a-t-on appris ce vendredi 3 juin. Ce lieu avait déjà été choisi par les cycles Mercier pour implanter une usine, mais le projet avait tourné au fiasco.

Une centaine d'emplois à Revin d'ici 2024. C'est ce que promettent les pouvoirs publics avec l'annonce ce vendredi 3 juin de l'installation de l'entreprise Cibox dans la ville des Ardennes.

La société va y fabriquer "principalement des vélos électriques", apprend-on dans un communiqué cosigné par la préfecture des Ardennes, le conseil régional du Grand Est, la communauté de communes Ardenne Rives de Meuse et l'agence de développement économique Ardennes Développement.

C'est donc la friche Porcher qui a été choisie pour implanter l'outil de production. L'entreprise compte profiter du marché dynamique de la mobilité électrique. "En France, la croissance pour le secteur des vélos et trottinettes électriques est supérieure à 30 % par an", précise le communiqué.

Une centaine de salariés en 2024

Le site doit progressivement monter en puissance pour être "totalement opérationnel au printemps 2024". Il devrait compter "une vingtaine de salariés début 2023 pour atteindre une centaine en 2024".

Cibox réalisait l'assemblage de ses produits en Chine, en Roumanie et au Portugal. Elle veut relocaliser en France, là où se font déjà le design et la conception.

À terme, le site de Revin pourrait compter 300 salariés et produire 150 000 vélos par an d’ici 2028. L'entreprise privée peut compter sur "un accompagnement de projet, un soutien technique et financier sur mesure" des partenaires institutionnels pour implanter son outil industriel, indique le communiqué.

La friche Porcher subira "une réhabilitation complète". Ce type de partenariat entre partenaires publics et privés "est exemplaire et sera dupliqué sur d’autres projets", promettent les signataires du document.

Les Revinois avaient été échaudés par l'arrivée annoncée en février 2021 de 270 emplois avec l'installation des cycles Mercier, là-aussi sur la friche Porcher. Mais l'État avait finalement fait marche arrière et retiré son soutien financier.

De l'espoir pour la vallée de la Meuse

En février dernier, la rumeur de l’implantation d’un fabricant de lunettes avait surgi sans se concrétiser. Mais cette fois, avec Cibox, les élus y croient dur comme fer. "C'est une bonne nouvelle qui fait suite au désarroi qui avait été celui de la non-venue de Mercier. On a su rebondir tous ensemble, avec un travail véritablement collectif qui a permis l'installation de Cibox aujourd'hui", indique Bernard Dekens, président divers droite de la communauté de communes Ardenne Rives de Meuse.

L'entreprise "a une volonté de s'installer durablement sur le site. Cette société aura un développement harmonieux jusqu'en 2028. Pour l'instant, c'est une centaine d'emplois en 2024. On est très heureux. Il va falloir réhabiliter le site, ça va être le travail de la communauté."

"Je n'avais pas perdu espoir. On avait différentes pistes mais ce n'est pas évident. Dans le premier circuit, l'État s'est désengagé et on n'a toujours pas d'explications. Aujourd'hui, on a agi plus en interne", précise de son côté Daniel Durbecq, le maire divers droite de Revin.

Le taux de chômage dans le département des Ardennes est de 16,6 % selon des données de l'Insee de 2018. Ce chiffre grimpe à 26,5 % dans la commune de Revin. Entre la réhabilitation du site et l’investissement dans les équipements de production, le projet s’élève à plus de 20 millions d’euros financés en grande partie par l’État et les collectivités locales. Après la désindustrialisation, les délocalisations et les faux espoirs, c’est toute la vallée de la Meuse qui espère enfin une issue positive.