Ardennes : une association fabrique des toilettes sèches, “les déchets humains font un excellent compost”

LEDA fait de l'insertion sociale. Elle recrute des salariés qui avaient perdu le lien avec l'emploi suite à un licenciement ou par manque de qualification et les reforme. Tous apprécient leur nouvelle mission qui allie menuiserie et écologie. / © LEDA
LEDA fait de l'insertion sociale. Elle recrute des salariés qui avaient perdu le lien avec l'emploi suite à un licenciement ou par manque de qualification et les reforme. Tous apprécient leur nouvelle mission qui allie menuiserie et écologie. / © LEDA

L’association LEDA, l’Environnement D’Abord, basée à Revin dans les Ardennes est très engagée dans la promotion du développement durable. Depuis 2010, elle s’est lancée -avec succès- dans la fabrication de toilettes sèches en bois.

Par Juliette Poirier

À Regniowez dans le nord des Ardennes, une filiale de l’association LEDA propose divers services comme l’aménagement d’espaces et, plus insolite, la fabrication de toilettes sèches 100% made in Ardennes. Pour trouver l’atelier, il faut se rendre à la frontière franco-belge, sur l’ancien aérodrome de l’Otan de Rocroi-Regniowez transformé un temps en pôle mécanique à destination des pilotes automobiles. A l’entrée de l’ancienne piste, trônent, isolés sur une grande étendue de macadam des locaux rouge et noir flambants neufs. Ceux de l’atelier de menuiserie.
 
Dans cet atelier de menuiserie, les cabines de toilettes sèches sont fabriquées sur commande. Elles y sont entretenues. L'association possède un parc de 60 cabines louables pour des occasions diverses. / © Even Confort - LEDA
Dans cet atelier de menuiserie, les cabines de toilettes sèches sont fabriquées sur commande. Elles y sont entretenues. L'association possède un parc de 60 cabines louables pour des occasions diverses. / © Even Confort - LEDA


Des toilettes sur mesure

A l’année, neuf salariés fabriquent sur commande de A à Z des cabines de toilettes sèches, entièrement équipées. Quatre planches en bois et contreplaqué, liées entre elles, pliables et dépliables et surtout assemblables en une vingtaine de minutes. A l’intérieur de la cabine, un siège en bois avec une lunette en plastique rouge. A droite, un panier en bois contenant le papier hygiénique recyclable et de la sciure de bois. Le montage est simple et la pratique des plus écolos comme l’explique Gérard Denis, chef de l’atelier.

« Sous la  lunette on a un receveur, une poubelle de 80 litres. Avant la première utilisation on prend le temps de mettre au fond un peu de litière pour ne pas que les effluents restent collés au fond. Et on répète cette opération après chaque utilisation. Il y a aussi un gel hydro-alcoolique pour se nettoyer les mains. Tout cela fait faire des économies d’eau. »
Neuf salariés, la plupart en réinsertion sociale travaillent dans l'atelier de menuiserie de Regniowez. / © LEDA- Even Confort
Neuf salariés, la plupart en réinsertion sociale travaillent dans l'atelier de menuiserie de Regniowez. / © LEDA- Even Confort

 
Il faut environ 20 minutes pour assembler une cabine de toilettes sèches constituées de panneaux en bois. / © LEDA- Even' Confort
Il faut environ 20 minutes pour assembler une cabine de toilettes sèches constituées de panneaux en bois. / © LEDA- Even' Confort

Economie locale

Les copeaux de bois blanc qui servent de litière sont récupérés en partie de la découpe. La structure de la cabine est en contreplaqué et en bois résineux local. Ils ont l'avantage d'absorber les odeurs et de laisser en désodorisant naturel l'odeur de l'essence de bois utilisé.

Le bois provient des forêts ardennaises ou françaises. Nous travaillons avec les scieries de Charleville-Mézières, Ham-les-Moines et Vireux-Wallerand.
-Gérard Denis, chef de l’atelier menuiserie.

Sous la lunette plastique des toilettes sèches, un bac de 80 litres. A côté, la sciure de bois remplace la chasse d'eau et un gel hydroalcoolique est fourni dans le kit pour se nettoyer les mains. / © LEDA - Even'Confort
Sous la lunette plastique des toilettes sèches, un bac de 80 litres. A côté, la sciure de bois remplace la chasse d'eau et un gel hydroalcoolique est fourni dans le kit pour se nettoyer les mains. / © LEDA - Even'Confort
La sciure de bois utilisée dans les toilettes sèches absorbe naturellement les odeurs. / © LEDA- Even'Confort
La sciure de bois utilisée dans les toilettes sèches absorbe naturellement les odeurs. / © LEDA- Even'Confort


Insertion sociale

Depuis 2010, l'association LEDA a pour credo de privilégier les circuits courts. Mais pas seulement. Conventionnée et financée en partie par l'Etat, elle favorise également l'insertion sociale de ses employés. C’est l’une de ses vocations premières lors de sa création en 1993 par André Royaux. Jusqu’en 2000, elle a notamment réalisé des chantiers avec des personnes employées en Contrat Emploi Solidarité.

Elle prend en charge la formation et les stages des personnes recrutées. Parmi les profils recrutés,  des seniors à qui il manque des trimestres en fin de carrière ou des personnes éloignées de l’emploi depuis un certain temps suite à un licenciement ou par manque de qualification.
 
Michaël Ducrot, deuxième en partant de la gauche, fait partie des salariés en réinsertion sociale. Passionné de menuiserie, il a retrouvé goût au travail. / © LEDA - Even'Confort
Michaël Ducrot, deuxième en partant de la gauche, fait partie des salariés en réinsertion sociale. Passionné de menuiserie, il a retrouvé goût au travail. / © LEDA - Even'Confort

Michaël Ducrot est salarié depuis plusieurs mois. Avant de retrouver cet emploi, il n’avait pas travaillé depuis près de deux ans. Enchanté par le concept et par l’idée de travailler un matériau noble comme le bois, il a retrouvé une situation et surtout de l’entrain au travail.

J’adore la menuiserie, donc ici c’est parfait, je me sens dans mon élément. Et puis les toilettes sèches c’est tellement mieux pour l’environnement, je fais quelque chose d’utile.
-Michaël Ducrot, salarié

Recyclage des déchets humains

LEDA dispose d'un parc de 60 cabines appréciées par les éco festivals et les brocantes et louables aussi pour des événements privés. Les salariés s'occupent de récupérer les effluents stockés dans les poubelles des cabines louées après chaque prestation. L'objectif en faire un compost fertile pour les jardins.

Quelle est la recette d’un bon compost à base de déchets humains ? Gérard explique facilement : " Pour bien faire le compostage des déchets humains, il doit reposer au minimum deux ans. C'est le temps qu'il faut pour éliminer tous les résidus médicamenteux et autres bactéries de notre organisme. Après il faut rajouter des tontes de pelouse, du feuillage. C'est ce qui rendra le compost encore meilleur." Naturellement, le tas de compost transformera les déjections en humus. Enfin, précaution simple, si vous êtes un particulier et que vous produisez un tel compost pour votre jardin, n'oubliez pas de mettre votre composteur à l'abri de la pluie.

Le compost riche issu des toilettes sèches redonne de la vie aux sols.
-Sandrine Masson, directrice de LEDA

Economies d'eau

Le circuit est vertueux. Il fait faire des économies d'eau impressionnantes. Car il n'y a plus de chasses d'eau tirées, ni d'eau potable utilisée pour se laver les mains puisque les solutions hydro-alcooliques sont installées à l'intérieur des cabines. Sur le seul festival du Cabaret vert, cette année 2019 à Charleville-Mézières, les toilettes sèches et urinoirs installées durant la durée du festival ont permis d'économiser 350.000 litres d'eau.
 


Leda a également chiffré les économies réalisées depuis l'ouverture de sa filiale qui fabrique les toilettes sèches. En 4611 jours de location de cabines, 1.342.366 litres d'eau ont été économisés. L'asssociation fabrique des cabines sur commande. Prix de vente d'une cabine simple : 1.100 euros. Le concept séduit dans les Ardennes. Et apparemment en convainc plus d'un.

"Lorsqu'on tire la chasse d'eau, on utilise 3 à 6 litres d'eau potable! Heureusement, les gens ont de moins en moins d'a priori et reviennent de plus en plus au naturel. L'utilisation de son propre compost chez soi est de plus en plus récurrente", précise Sandrine Masson, la directrice de Leda.

Preuve en sont les toilettes sèches installées pour un public de touristes au fort Condé à Revin et commandées à Leda par la communauté de communes Ardennes Rives de Meuse. Le site, classé monument historique était isolé de tout réseau de canalisation. Il a accueilli jusqu'à 1.300 visiteurs aux journées du patrimoine. Sylvain Esteban de la communauté de communes est satisfait du retour du public: "Les gens ont apprécié le confort. C'est plus pratique tout de même d'avoir ces toilettes sèches surtout lorsqu'on vient en famille avec des enfants."


 

Sur le même sujet

Les + Lus