Villenauxe-la-Grande : deux détenus sauvent un surveillant pris en otage dans une cellule

Centre de détention de Villenauxe La Grande / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Centre de détention de Villenauxe La Grande / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Ce samedi 28 septembre, en début de soirée, un surveillant a été pris en otage par un détenu armé d'une fourchette trafiquée au centre de détention de Villenauxe-la-Grande. Ce sont deux autres détenus qui ont maîtrisé l'agresseur et libéré le jeune surveillant légèrement blessé.

Par Brice Bachon

Il est 19h ce samedi 28 septembre, l'heure du repas dans le centre de détention de Villenauxe-la-Grande (Aube) lorsque le voyant de la cellule s'allume. Le dispositif lumineux permet aux détenus d'appeler un surveillant, mais lorsque ce dernier entre dans la cellule, un détenu l'agrippe et le prend en otage, lui plaçant une fourchette trafiquée qui fait office de couteau, sous la gorge. 

Alertés, deux auxiliaires - des détenus qui participent à la vie de la prison en effectuant des tâches concernant le ménage et la distribution des repas -, essaient de parlementer et de négocier avec leur co-détenu, après avoir lancé l'alerte dans le bâtiment. Profitant de l'inattention de l'agresseur, ils arrivent à le maîtriser et à libérer le surveillant en quelques secondes, avant que les équipes de l'établissement n'interviennent.
 

Le jeune surveillant légèrement blessé

Le surveillant pris en otage a été blessé à la main. Il s'agit d'un jeune homme d'environ 25 ans qui venait tout juste de prendre ses fonctions et d'être titularisé. Choqué, il s'est vu prescrire 4 jours d'interruption de travail. Par le biais d'un communiqué syndical, signé par l'Union Interrégionale des Syndicats Pénitentiaire Force Ouvrière, les surveillants ont fait part de leur colère. 

"L'UISP-FO Grand-Est espère que l'auteur des faits sera sanctionné par la justice à la hauteur de la gravité des faits commis. Elle
tire une nouvelle fois la sonnette d'alarme sur la situation du centre de détention de VIillenauxe-la-Grande, établissement où la prise d'otage semble devenir un rituel malsain que nous dénonçons ! Nous réclamons à nouveau une réforme des mouvements et une amélioration de la sécurité en détention. Faudra-t-il qu'un agent reste sur le carreau pour que la prise de conscience soit à la hauteur des dangers au quotidien ?
"
 

 

Selon nos informations, l'agresseur avait pour seul but d'être transféré dans un autre centre de détention. Un souhait important visiblement, car une première tentative d'agression sur un autre détenu aurait eu lieu quelques jours auparavant dans le même but. Comme le confirme Axel Bossehi, du syndicat FO de la prison, "c'est une technique bien connue dans les prisons, lorsqu'un détenu agresse un surveillant, il est automatiquement transféré". Pour l'heure, le preneur d'otage dort dans le quartier disciplinaire du centre de détention. L'enquête judiciaire, elle, débutera dès ce lundi 30 septembre 2019.

Cette prise d'otage rappelle fortement celle de juin 2018, dans le même centre de détention. Un jeune détenu avait retenu en otage une surveillante une partie de la matinée. Ce preneur d’otage âgé de 21 ans, demandait lui aussi son transfert vers un autre établissement. La surveillante n’avait pas été blessée physiquement. Le même phénomène s'était produit en juin 2017. Un surveillant pénitentiaire avait été pris en otage par un détenu dans une cellule du centre de détention de Villenauxe-la-Grande le mercredi 14 juin. Le détenu était équipé d'une arme blanche artisanale. Il purgeait la fin d'une peine de dix ans.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus