Bas-Rhin : trois jeunes partent à la rencontre des agriculteurs de l’est de la France pour les aider et en faire un film

Trois jeunes Alsaciens en soif d’aventure se lance dans Le Green Tour, un voyage dans l’est de la France, ce vendredi 30 juillet. Le but est d’aller à la rencontre des agriculteurs et de leur donner la parole dans des vidéos diffusées au quotidien sur les réseaux sociaux.
Une conductrice de travaux dans les espaces verts, un commercial et un mécanicien. Le trio possède des qualités complémentaires pour un voyage réussi.
Une conductrice de travaux dans les espaces verts, un commercial et un mécanicien. Le trio possède des qualités complémentaires pour un voyage réussi. © Maxime Cuny

Après vingt jours de préparation, c’est l'heure du départ pour Maxime, Arthur et Annlyse. Les trois jeunes Alsaciens partent pour un périple de trois semaines dans l’est de la France. Ils vont loger chez des agriculteurs gratuitement. En échange, ils vont les aider dans leur activité agricole. C'est un voyage qui commence en Alsace et qui se veut utile.

"On connaît le milieu de l’agriculture et ses difficultés donc on voulait donner la parole aux personnes concernées pour en parler", explique Maxime Cuny. Le jeune homme de 24 ans travaille depuis peu dans une entreprise d’agroalimentaire. "Dans le cadre de mon travail, je vends des produits locaux destinés à la grande distribution et je vois qu’il y a des choses pas très éthiques dans la rémunération des agriculteurs."

Le voyage comporte trois étapes : la première qui commence ce vendredi 30 juillet, se déroule en Alsace pendant une semaine. Puis, une semaine dans les Vosges et une semaine dans le Jura pour toucher à toutes les facettes de l’agriculture locale. "Il y aura par exemple de l’élevage de bovin, de la culture de céréales, de l’apiculture. On veut monter toute la diversité du métier", raconte Maxime. 

L’accent sera mis sur les formes d’agricultures sans pesticides et biologiques, "c’est un peu vers ça que se tourne l’agriculture aujourd’hui", souffle Maxime. "Depuis le premier confinement, on réfléchit beaucoup sur ces questions. On voudrait passer le cap de se nourrir au supermarché".

Une mini-série et un film

L’idée de ce voyage est née d’une déception. Maxime raconte que le trio devait partir pour un tour humanitaire d’Europe avec l’Europe Raid. Le Covid en a décidé autrement, car le voyage a été annulé. "On a envie de liberté, de voyager. On s’est fait vacciner le plus tôt possible pour pouvoir partir donc on a un peu cette frustration du grand voyage", regrette Maxime. "Finalement on se rend compte qu’il y a tout autant à voir et à faire dans nos régions."

L’objectif de ces vacances utiles n’est pas que de voir mais aussi de montrer. Les aventuriers vont partager chaque jour sur leur page Facebook une courte vidéo pour "donner la parole aux agriculteurs et dresser un portrait du métier", détaille Maxime.

Mais le projet ne s’arrête pas là. À terme, il va donner lieu à la création d’un film. Il sera nourri de séquences filmées à la go pro par le trio et d’interviews d’agriculteurs. Le film portera également sur la découverte de traditions culinaires. "Il y aura des explications de recettes à base des produits que nous aurons aidé à cultiver", précise l’aventurier de 24 ans.

Un projet peu coûteux

Maxime n’en est pas à son premier Raid. En 2017, il a créé l’association Elsass Rallye Raid pour son 4L Trophy, un célèbre raid humanitaire au Maroc. Aujourd’hui, il continu à diriger l’association qui lui permet d’attirer des sponsors pour les prochains voyages.

Mais celui-ci, Le Green Tour, ne coûte presque rien. "Là, comme on est nourri et logé chez les agriculteurs, on n’a presque pas de coûts. Il faut juste payer l’essence de la voiture donc on va en avoir pour environ 400 euros pour l'ensemble du voyage." Avec ces explications, Maxime espère en encourager d’autres à faire de même. "C’est faisable pour beaucoup de gens et c’est plutôt une bonne idée de voyage en temps de Covid lorsqu’on ne peut pas partir loin."

Rendez-vous à 17h ce vendredi soir au marché de Soultz-sous-forêts, place de Saline pour le départ. La première escale se fera à la ferme de Bruno Grunnagel à Schwabwiller (Bas-Rhin). 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie