Bas-Rhin : un homme mis en examen pour agression sexuelle sur six fillettes à Achenheim

Lors de la finale de la coupe du monde 2022 diffusée sur écran géant à Achenheim, le 18 décembre 2022, un homme aurait attouché sexuellement six fillettes âgées de 5 à 11 ans. Âgé de 44 ans, il a été mis en examen ce 21 décembre.

Les faits se seraient déroulés à la mi-temps du match France-Argentine, ce dimanche 18 décembre. Un homme âgé de 44 ans aurait agressé sexuellement six fillettes de 5 à 11 ans lors de la finale de la coupe du monde 2022 diffusé sur écran géant à Achenheim, ont révélé les DNA. Une information confirmée à France 3 Alsace par le maire de la commune, Valentin Rabot. L'événement avait été organisé dans l'enceinte du club de football de la commune, par l'association sportive "Etoile Bleue". 

Aux alentours de 17h, alors que l'arbitre du match France-Argentine venait de siffler la mi-temps, le père de famille, par ailleurs éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse, a quitté la salle dans laquelle de nombreux adultes regardaient la compétition, et a rejoint les enfants qui jouaient ensemble dans le dojo du bâtiment. 

Les six fillettes ont ensuite confié à leurs parents avoir subi des attouchements sexuels de la part du quadragénaire. L'homme aurait caressé les fesses et le sexe, y compris dans la culotte, de ces enfants. Selon nos informations, six plaintes ont été déposées par les familles des victimes. L'enquête a été confiée à la gendarmerie de Strasbourg. 

Mis en examen, il nie les faits

Avant le dépôt de plainte, les parents avaient décidé de se rendre chez l'éducateur, qui habite la commune, pour tenter d'avoir des explications. Ce dernier a ensuite été arrêté par la gendarmerie et entendu par la brigade territoriale de Wolfisheim. Il a aussi rencontré un psychiatre et a ensuite été déféré devant le parquet de Strasbourg. 

Présenté à un juge d'instruction, le père de deux enfants a été mis en examen pour agression sexuelle sur mineures de moins de quinze ans, et placé sous contrôle judiciaire. Il nie les faits et affirme avoir seulement porter certains enfants dans ses bras. Il a finalement été conduit hors du Bas-Rhin et a pour interdiction d'exercer une activité professionnelle avec des mineurs. 

De son côté, Valentin Rabot, maire SE de la commune d'Achenheim exprime son soutien et sa sympathie aux victimes et à leurs familles. "Je vais rencontrer les dirigeants du club de football, qui sont sous le choc. En tant qu'organisateurs, nous avons des obligations et il ne faut pas que cela se reproduise", affirme-t-il. 

Malgré l'émotion et la colère, l'élu appelle à respecter le temps et l'enquête et la présomption d'innocence. "C'est un homme qui habitait notre commune, mais j'ignorais son métier d'éducateur", ajoute-t-il. 

Contacté par France 3 Alsace, le président du club de football affirme se porter partie civile. "C'est important de suivre cette enquête. Je n'ai jamais connu ça en 30 années de club", déplore-t-il, "Je soutiens les familles et les enfants victimes. Désormais nous devons continuer à avancer et vivre pour l'Etoile Bleue et nos 230 membres". En attendant, lui et le maire de la commune assurent qu'ils seront plus vigilants lors des prochains événements.