Haguenau : une pré-rentrée masquée pour les enseignants de l'école primaire de la Musau

Publié le

Comme bien d'autres, les professeurs de Haguenau font leur grand retour à l'école. La pré-rentrée du 31 août donne un avant-goût de l'année scolaire 2020-2021 qui risque d'être bouleversée par les changements liés au coronavirus. A l'école de la Musau, masques et protocole sanitaire sont de mise.

Fini les cours à distance imposés pendant le confinement, les professeurs doivent désormais suivre un protocole sanitaire pour enseigner physiquement. À Haguenau (Bas-Rhin), les quelque 250 élèves répartis dans les douze classes de l'école primaire de la Musau seront de retour le 1er septembre, soit une journée après les enseignants.

Même si des interrogations persistent concernant les mesures sanitaires, la rentrée est abordée sereinement. Après des mois compliqués, les professeurs ne cachent pas leur joie de revoir leurs élèves. Certains d'entre eux n'ont d'ailleurs pas mis les pieds à l'école depuis six mois.

"Rattraper le retard"

Philippe Hoeltzel, enseignant du CM2, ne croit pas au miracle : "Ça va être compliqué de remettre tout le monde à niveau, et ça ne sera pas forcément possible. Ceux en difficulté seront encore plus en difficulté. Il faudra faire attention à rattraper un peu le retard, on a les consignes et les outils pour, on fera en sorte que ça se passe le mieux possible." Les parents d'élèves ne sont d'ailleurs pas plus confiants et craignent une reprise précipitée. À Haguenau, les équipes sont toutefois bien rodées. Elles ont en effet veillé à la continuité pédagogique auprès des enfants du personnel soignant du centre hospitalier de la ville. Pour Pascale Kennel, la directrice de l'école, certains élèves ont "besoin de retrouver l’école, leurs enseignants, des règles et le savoir vivre en collectivité."

Des professeurs masqués

Si les élèves de primaire ne sont pas soumis au port du masque, les enseignants, eux, le sont. Et il reste pour beaucoup le principal défi, notamment pour la lecture. "C'est moins évident de s’exprimer avec le masque, pour articuler ce n’est pas visible. Il va falloir trouver d’autres solutions, on sera inventif", lance Karin Englender, maîtresse en élémentaire. Le masque est obligatoire pour les enfants à partir de 11 ans, c'est-à-dire dès le collège. Outre le protocole sanitaire, il s'agit également de "recréer un climat de confiance. Il faudra aussi assurer la sécurité affective des enfants", ajoute la directrice. Déjà obligatoire dans toute la ville, les parents ne devront pas oublier de porter le masque aux abords de l'école.