La fabrication de peintures artisanales, moins toxiques, un savoir-faire devenu rare perpétué en Alsace

Publié le

Sébastien Riehl est l’héritier d’un métier devenu rare en France. Il fabrique de la peinture de A à Z, à partir de pigments qu'il fait venir du Luberon, des Ardennes, d’Espagne et d’Allemagne. Ses clients sont des artistes, des artisans, des particuliers, mais aussi des entreprises et les monuments historiques.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Située à 5 km de Strasbourg, dans la zone industrielle de Souffelweyersheim,  l’entreprise Grupp est l'une des toutes dernières de France à fabriquer de la peinture. Elle fête ses 103 ans d’existence en 2022 et c'est Sébastien Riehl qui est aux manettes. 

"Cette entreprise a été créée par mon arrière-grand-père," raconte le chef d'entreprise "c’était d’abord une droguerie qui fabriquait de la peinture. A l'époque, ça faisait partie des attributions des drogueries. Après-guerre, mon grand-père a pris le relai. Il a fait de la peinture à la colle, à base de craie, d'oxyde titane. Chacun s'est adapté à l'évolution des techniques de son temps, ce que je fais à mon tour. Je suis la quatrième génération de cette maison."

Ses clients sont des petits et gros artisans, des particuliers, mais aussi des entreprises et des artistes. Parmi ces derniers, Edgar Mahler, bien connu en Alsace pour ses nombreuses fresques murales. Il se fournit dans l'entreprise depuis plus de quarante ans. 

"J'ai commencé à venir quand je suis entré à l'école des Arts déco à Strasbourg."(Aujourd'hui Haute Ecole des Arts du Rhin). "Je venais déjà chez le père de Sébastien, parce qu'ici j'ai toujours trouvé des pigments superbes qui tiennent dans le temps." Le pouvoir couvrant des peintures et leur résistance aux UV, des qualités essentielles pour ce peintre de grandes fresques murales.

"Quand j'ai peint la façade de la pâtisserie Christian, j'avais 25 ans. Je n'ai jamais eu à reprendre les couleurs, le pigment tient toujours." Ici, en plus, il sait qu’il sera compris s’il parle technique. "Ailleurs ce sont des vendeurs, lui il fabrique lui-même les peintures."

Même enthousiasme pour les couleurs de cet atelier, de la part de Xavier Dedouche. Il est responsable technique dans l'entreprise Eschlimannde l'atelier de restauration de peintures des monuments historiques. "Nous utilisons ces peintures dans des églises, dans des lieux prestigieux, comme au Sénat et à l’Assemblée nationale. Ici nous trouvons des qualités comme à l'époque." et de rajouter qu'il ne les trouve pas ailleurs : "Les gros industriels ne s’intéressent pas à ces petites niches." 

Pour doser et créer ses teintes, le coloriste possède une machine spéciale, mais son œil vaut toutes les machines de colorimétrie. "On réalise à la lumière du jour, car on voit mieux les différences de teinte, je sors devant la porte pour être en extérieur." explique Sébastien Riehl.

Particularité de la maison Grupp, elle fabrique les quantités exactes dont le client a besoin, pour éviter le gaspillage. Autre démarche en faveur de l’écologie, le choix d'additifs toujours moins toxiques, pour des peintures classées A+, soit celles qui dégagent moins de composés chimiques. Un défi dans le domaine de la peinture : allier écologie et efficacité pour créer des couleurs à l’infini.