Municipales 2020 : les 3 choses à retenir du débat à Schiltigheim

Replay. France 3 Alsace organisait le mercredi 26 février un débat pour les municipales à Schiltigheim (Bas-Rhin). Il a opposé Danielle Dambach (EELV), Christian Ball (LR), et Hélène Hollederer (LREM).
La mairie de Schiltigheim (Bas-Rhin) sera-t-elle démolie à l'issue des élections ?
La mairie de Schiltigheim (Bas-Rhin) sera-t-elle démolie à l'issue des élections ? © Thierry Sitter, France Télévisions
Schiltigheim (Bas-Rhin) va élire son nouveau ou sa nouvelle maire les 15 et 22 mars 2020. Un débat a été organisé par France 3 Alsace et France Bleu Alsace le mercredi 26 février 2020. Voici ce qu'il faut en retenir.
  
La maire sortante, Danielle Dambach (EELV) bénéficie des soutiens socialiste et communiste. Elle avait conquis la ville du Bas-Rhin lors d'une élection partielle en 2018, après la lutte fratricide entre le maire Jean-Marie Kutner (UDI), accusé de "trop bétonniser", et son premier adjoint Christian Ball (LR) en 2018. Ball tentera à nouveau sa chance pour 2020. Entre les deux, la nouvelle venue Hélène Hollederer (LREM) va tenter de se faire une place.
 
Le débat a été plutôt calme, en dehors d'une pique de Danielle Dambach à l'égard de Christian Ball, qui souhaite démolir l'actuelle mairie pour aménager un espace vert. "Nous trouvons que c'est irresponsable que de démolir un bâtiment qui est un héritage du plan Calsat [le grand plan d'urbanisme des années 60]. Même si cette mairie n'est aujourd'hui plus fonctionnelle comme nous le souhaiterions. Nous pensons que son ossature en béton est suffisamment costaud pour l'assumer, pour désosser le bâtiment, pour revoir son aménagement intérieur. Et extérieur : en végétalisant la façade ouest. En mettant du photovoltaïque sur la façade sud. Et en renaturant bien sûr la place de la Mairie. De manière globale, on ne peut pas planter des arbres sur 1,50 mètre de pleine terre !... Ce n'est pas crédible."

C'est irresponsable de démolir ce bâtiment
- Danielle Dambach, maire sortante EELV


Le tracé du futur tramway partant de Strasbourg a été une autre source de désaccord : trois tracés sont possibles. Hélène Hollederer privilégie le tracé allant jusqu'à la gare de Bischheim via la route de Bischwiller en centre-ville : "Faire venir le tram dans le centre-ville serait une belle occasion de rebooster notre centre qui en a bien besoin." Danielle Dambach, de son côté, n'imagine pas un centre-ville sans tramway : "L'idée fait consensus, c'est quelque chose qui ne se dispute plus. Le tram est nécessaire, nous l'avons remis sur les rails - si j'ose dire au niveau du sujet - mais il est vrai que nous sommes en attente des études techniques de l'Eurométropole. En ce qui nous concerne, nous sommes convaincus que faire passer le tramway à l'Ouest, route sur Général de Gaulle, est la chose la plus raisonnable et réaliste : pour relier Fischer et le quartier des Écrivains." Pour Christian Ball : "J'attends l'étude. Pour moi, le tram sur l'ouest ne se fera pas : l'emmener sur la place de Haguenau pour prendre un bus n'a pas d'intérêt, et les maires de Bischheim et Hoenheim n'en veulent pas."
 

Schiltigheim est une ville clairement sinistrée pour les cyclistes
Hélène Hollederer, candidate LREM


Il y a moins de pistes cyclables à Schiltigheim que dans le reste de l'Eurométropole. Hélène Hollederer est amère : "Schiltigheim est une ville clairement sinistrée pour les cyclistes. J'ai été un peu déçue, ces deux dernières années, de ne pas voir plus de construction de pistes cyclables. La ville est construite autour des voitures, et c'est pas le sens de l'histoire. Je m'engage à faire plus d'aménagements cyclistes." Danielle Dambach s'explique après la pique sur ses deux années de mandat municipal : "Il faut contraindre et décourager le déplacement automobile. Mais ça passe par l'aménagement de voies cyclables et piétonnes. Évidemment, quand vous arrivez en fin de mandat et qu'il n'y a plus rien dans l'enveloppe de la voirie au niveau de l'Eurométropole pour réaliser des aménagements cyclables, vous avez beau avoir un schéma directeur... Voilà : nous en avons fait une, c'est un début, et nous comptons avancer là-dessus."
 

Danielle Dambach (maire EELV sortante)

Danielle Dambach a remplacé Jean-Marie Kutner à la mairie de Schiltigheim en 2018.
Danielle Dambach a remplacé Jean-Marie Kutner à la mairie de Schiltigheim en 2018. © Danielle Dambach

Danielle Dambach (Vivre Schilick) est âgée de 60 ans. Cette enseignante retraitée était conseillère municipale écologiste lors du mandat de Jean-Marie Kutner avant de lui ravir son fauteuil de maire en 2018. Dès le début de son mandat, elle fait de l'extension du tramway strasbourgeois vers Schiltigheim son principal cheval de bataille.

Parmi ses promesses, la "réintroduction de la nature en ville". Elle devrait passer notamment par le plantation d'un milliers d'arbres, la création de jardins partagés, et la mise en place de "vergers municipaux", notamment au Dinghof. Elle promet aussi 100 places de crèche, l'ouverture de la nouvelle médiathèque de l'Eurométropole pour 2021, et l'établissement d'un mini-port de plaisance sur le canal de la Marne au Rhin. 
 

Christian Ball (LR)

Christian Ball a coupé les ponts avec Jean-Marie Kutner, dont il était le premier adjoint.
Christian Ball a coupé les ponts avec Jean-Marie Kutner, dont il était le premier adjoint. © Christian Ball

Christian Ball (Schilick pour tous) est âgé de 50 ans. Il est assureur, et était le premier adjoint de l'ancien maire Jean-Marie Kutner avant l'implosion du conseil municipal en 2018. Il entendait lutter contre la "bétonnisation" dont il accusait le maire. Kutner a alors appelé à voter pour l'écologiste Danielle Dambach et contribué à la victoire de cette dernière lors des municipales partielles, au détriment de son adjoint.

Sur son site de campagne, son projet indique... "Vous allez découvrir dans les prochains jours notre projet. Patience !" Sans trop attendre, rappelons parmi ses engagements une offre de transports en commun via navettes entre les parties est et ouest de la ville, ou le développement d'un "espace vert de 70 ares" au coeur du centre-ville (avec 500 places de parking en sous-sol en dessous). Un espace vert qui passera par la démolition de l'actuelle mairie. Détruire l'imposant et disgracieux bâtiment municipal est devenu le projet phare de l'équipe Ball.
 

Hélène Hollederer (LREM)

Hélène Hollederer est moins connue que ses adversaires, et est donc entrée en campagne plus tôt.
Hélène Hollederer est moins connue que ses adversaires, et est donc entrée en campagne plus tôt. © Hélène Hollederer

Hélène Hollederer (Osons pour Schiltigheim) est âgée de 49 ans. Elle collabore avec Fabienne Keller (LR), maire de Strasbourg entre 2001 et 2008. Elle travaille ensuite pour les Apprentis d'Auteuil, une fondation catholique qui vise à la réinsertion des jeunes en difficulté.

Schilikoise depuis deux décennies, elle est bien moins connue que ses adversaires Danielle Dambach et Christian Ball. Elle promet de végétaliser les façades des bâtiments publics, une communication "modernisée", et de mettre en place des partenariats avec des entreprises ou associations pour que les jeunes puissent avoir du travail. En ce qui concerne la sécurité, elle veut "lutter contre les rodéos motorisés" en augmentant la vidéo-surveillance, et mettre en place une "plate-forme d'appels à témoin" anonyme.
 
Sont aussi candidates et candidats à Schiltigheim :
France 3 propose ces débats dans de nombreuses grandes et moyennes villes de France (voir carte ci-dessous). En Alsace, les débats auront lieu avec les candidates et candidats de : 
Un débat aura aussi lieu le mercredi 18 mars. Les résultats du premier tour détermineront les villes concernées.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections