Affaire Sophie Le Tan : deux recours de Jean-Marc Reiser rejetés par la justice

La chambre d’instruction de la cour d’appel de Colmar a rejeté deux recours formulés par Jean-Marc Reiser, principal suspect dans l’affaire du meurtre de la jeune étudiante Sophie Le Tan en septembre 2018.

Jean-Marc Reiser à la sortie de l'audience de sa première demande de remise en liberté devant la chambre de l'instruction à la cour d'appel de Colmar, le 28 février 2019.
Jean-Marc Reiser à la sortie de l'audience de sa première demande de remise en liberté devant la chambre de l'instruction à la cour d'appel de Colmar, le 28 février 2019. © JF Surdey/Maxppp
Après la juge d’instruction en charge du dossier, Eliette Roux, c’est la chambre d’instruction de la cour d’appel de Colmar qui a rejeté en date du 8 octobre deux recours interjetés par Jean-Marc Reiser, soupçonné du meurtre de Sophie Le Tan à Schiltigheim en 2018.

Une première demande réclamait « une contre-expertise concernant le rapport de bornage-relais », qui analysait la présence du téléphone de Jean-Marc Reiser près du secteur où il est soupçonné de s’être débarrassé du corps de la victime. Celui-ci avait été retrouvé dans une zone forestière de Rosheim (Bas-Rhin) en octobre 2019 (lire notre article). La deuxième requête du suspect consistait en une « demande de complément d’expertise concernant le rapport de complément d’autopsie ».

« Ces recours ont été déposés par Jean-Marc Reiser lui-même, de sa propre initiative, explique son avocat, Me Pierre Giuriato. Notre client estimait qu’il y avait des imprécisions ou des incohérences dans ces analyses. »

Arrêté quelques jours après la disparition de Sophie Le Tan, Jean-Marc Reiser a jusqu'ici vu ses différentes demandes de remise en liberté rejetées. Dénonçant par la voix de son avocat un « échafaudage de suppositions », le sexagénaire continue de plaider son innocence et de nier toute implication dans cette affaire.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société affaire sophie le tan faits divers disparition