Cet article date de plus de 6 ans

l'Alsace est-elle encore une terre propice aux tailleurs et sculpteurs de pierre ?

Il y a encore du travail pour les tailleurs et sculpteurs de pierre indépendants dans la région. Mais à cause de la crise, l'Etat dépense moins d'argent qu'avant pour la restauration de notre patrimoine et le chiffre d'affaire des artisans est en baisse.
Christian Fuchs est installé depuis 20 ans aux confins d'un village de la vallée de la Bruche. Sculpteur sur pierre, il est venu à Niederhaslach (67) chercher le calme nécessaire à sa production et à son inspiration. Le grès est sa pierre de prédilection, il dit qu'elle possède un épiderme, qu'elle seule peut représenter le drapé d'un tissu par exemple.

Avec le grès, Christian Fuchs travaille à la restauration de la cathédrale de Strasbourg depuis 30 ans. Les travaux sur Notre-Dame et d'autres monuments historiques représentent depuis toujours la moitié de son chiffre d'affaire. Il se souvient que la grande phase actuelle de restauration a commencé dans les années 60 et qu'elle est en ce moment sur le point de s'achever. Selon Christian Fuchs, l'Alsace "fait très attention à ses monuments et se donne les moyens de les restaurer."  

C'est surtout grâce au dynamisme de son tourisme, que l'Alsace est une terre propice aux tailleurs et sculpteurs de pierre. Mais globalement tout de même, l'Etat grand propriétaire de monuments, dépense moins. Aujourd'hui quatre ou cinq entreprises règnent sur le marché en France. Pour les petits ou les indépendants, il est de plus en plus difficile de vivre de cette profession.

Delphine Pétré vit en Bretagne. Elle est actuellement en Alsace pour restaurer des pinacles provenant de la cathédrale. Depuis 3 ans, elle constate une baisse de son activité. Moins d'appels d'offre, de moins en moins de monuments à restaurer, elle craint que des pans entiers du patrimoine français se trouvent abandonnés peu à peu.
durée de la vidéo: 02 min 30
Les tailleurs de pierre souffrent aussi de la crise

Outre leur inquiétude au sujet de  leur chiffre d'affaire pour les années qui viennent, les sculpteurs s'interrogent aussi sur la formation à leur métier. La sculpture sur pierre est d'abord et avant tout une histoire de transmission de savoir-faire.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture patrimoine