Coronavirus : ce que l'on sait de la visite surprise d'Edouard Philippe à Strasbourg et de la fin du confinement

Edouard Philippe, le Premier ministre, effectue une visite surprise à Strasbourg ce jeudi 23 avril. Ce matin, il a suivi deux réunions aux hôpitaux universitaires, et ce midi il a déjeuné avec quelques élus, la préfète et la directrice de l'ARS, pour préparer la feuille de route du déconfinement.  

Edouard Philippe lors d'une conférence de presse sur le covid19, le 19 avril dernier
Edouard Philippe lors d'une conférence de presse sur le covid19, le 19 avril dernier © Thibault Camus / MaxPPP
Cette visite n'avait été annoncée ni par la préfecture du Bas-Rhin, ni par Matignon, ce qui est rare pour ce type de déplacement. Une visite surprise, donc, et quasiment confidentielle, mais confirmée à France 3 Alsace ce matin par plusieurs sources concordantes. 

Le Premier ministre Edouard Philippe s'est rendu vers 11 heures dans le bâtiment de la direction des hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS). Il y a suivi deux réunions en présence de Roland Ries, maire de Strasbourg et président du conseil de surveillance de l'hôpital. La première réunion, avec la cellule de crise des HUS, était destinée à faire un bilan. La seconde s'est tenue par visioconférence, avec d'autres groupes hospitaliers territoriaux. 
 
Vers 12h45, le Premier ministre a quitté le bâtiment de la direction de l'hôpital, précédé de peu par Roland Ries.
 
La voiture ministérielle a quitté l'hôpital peu avant 13 heures.
La voiture ministérielle a quitté l'hôpital peu avant 13 heures. © Noémie Gaschy / France Télévisons

Le déjeuner a lieu à l'hôtel du préfet en petit comité, en compagnie de quelques élus : Roland Ries, Jean Rottner, président du conseil régional du Grand Est et Frédéric Bierry, président du conseil départemental du Bas-Rhin, ainsi que de la nouvelle directrice de l'Agence régionale de santé Marie-Ange Desailly-Chanson et de la préfète du Bas-Rhin, Josiane Chevalier. 

L'objectif était de préparer la feuille de route du déconfinement. Selon les informations transmises par la préfecture, Edouard Philippe n'est pas venu pour examiner le cas de l'Alsace en particulier, mais pour prendre le pouls de l'Alsace et du Grand Est, particulièrement touché par l'épidémie de covid19, afin de voir ce qu'il convient de faire. En effet, la question du déconfinement par région se pose clairement. 

A l'issue du déjeuner, en ce milieu d'après-midi, Roland Ries et Frédéric Bierry ont précisé à France 3 Alsace avoir demandé au Premier ministre qu'à partir du 11 mai, la fin du confinement soit progressive et spécifique à l'échelle de l'Alsace, territoire beaucoup plus touché que d'autres. Par exemple, moins d'élèves dans les classes, en privilégiant les enfants dont les parents doivent travailler, ceux de familles nombreuses qui vivent dans de petits appartements, et ceux de l'aide sociale à l'enfance. Pour les commerces également, les deux élus souhaitent une reprise progressive, afin d'éviter à tout prix une seconde vague épidémique, encore plus violente, et que les soignants ne sauront plus affronter, alors que les hôpitaux sont encore sous tension. "On ne peut pas faire comme la Corrèze où il n'y a quasiment aucune cas. Il faut prendre en compte la situation de l'Alsace" précise le président (LR) du Conseil départemental du Bas-Rhin. Frédéric Bierry propose ainsi que la réouverture des écoles soit décalée au 25 mai en Alsace.

Selon les deux élus alsaciens, Edouard Philippe serait simplement venu prendre la température. Il n'a pas encore tranché, mais se serait montré très réceptif et aurait entendu leurs demandes.    

Le premier ministre a ensuite réuni jeudi après-midi par visio-conférence les présidents de régions afin notamment d'aborder "la préparation de la stratégie de déconfinement", avant de rassembler vendredi matin les représentants des départements. Le rendez-vous du Premier ministre avec les régions se déroule depuis Strasbourg, 

Ce déplacement, auquel la presse n'a pas été conviée, est le premier d'Edouard Philippe depuis le début du confinement mi-mars.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter