EN IMAGES. Strasbourg : un hommage rendu aux victimes de l'attentat du 11 décembre, trois ans après

Publié le Mis à jour le
Écrit par Vincent Ballester

Un hommage a été rendu aux victimes (tuées, blessées, choquées, ou proches) de l'attentat de Strasbourg (Bas-Rhin), ce samedi 11 décembre. C'est le troisième anniversaire de l'attaque survenue sur le marché de Noël, où cinq personnes avaient été tuées.

Des roses blanches. Des bougies. Des discours de victimes. Et une chorale. Strasbourg (Bas-Rhin) a commémoré le troisième anniversaire de l'attentat survenu sur son marché de Noël en 2018.

Ce samedi 11 décembre 2021, un hommage s'est tenu en compagnie des victimes (incluant les personnes blessées ou choquées, mais aussi des proches) et des autorités. La commémoration, émouvante, a commencé à 9h30.

Elle s'est tenue sur la place de la République, dans le coin de verdure en face du palais du Rhin. Une stèle en verre y a été érigée lors du premier anniversaire de l'attentat (voir son emplacement sur la carte ci-dessous).


L'hommage s'est ouvert via un chant délivré par la chorale de l'Institution La Providence. Il s'agit d'un collège privé situé à quelques encablures de la cathédrale.

"Strasbourg, de mon enfance... Ce soir, des chants et danses... Il ne reste, que le silence..."


Martine Winterberger, visée à bout portant par le terroriste, a pris la parole. "Des faibles, des égarés, des barbares, agissent avec fanatisme pour tuer, apeurer, détruire..."

Les autres victimes souhaitaient rester à l'écart des médias. Mais cette dernière a témoigné à France 3 Alsace que "plus le temps passe, contrairement à ce qu'on croit, et plus on est affecté".


Elle confie aussi avoir dû séjourner deux années de suite en clinique psychiatrique, et son envie de se reconstruire en prenant de la distance. "Il est maintenant temps pour moi de passer le relais à d'autres victimes." Une autre victime, psychologique celle-ci, nous avait raconté "ses hauts et ses bas" après avoir réchappé au tueur.

En 2019, un an après les faits, Martine Winterberger s'était livrée plus longtemps à France 3. Elle avait pris place au sein d'un congrès de victimes des attentats (Bataclan, Nice, etc.) pour évoquer la difficulté d'une reconstruction après un tel drame (à retrouver dans la vidéo ci-dessous). 


L'ancien maire Roland Ries, aux commandes de la ville lors de la tragédie, était présent à la cérémonie. Au micro de France 3, il déclare qu'"il est bon qu'on ait ces cérémonies. Pour que les victimes et leurs familles puissent s'exprimer, et pour préparer leur sortie de ce tunnel."

Les victimes de l'attentat (onze personnes blessées, les proches des cinq morts) demandaient "une reconnaissance de l'État à son plus haut niveau", a expliqué de son côté la maire Jeanne Barseghian (qui a publié un message sur sa page Facebook, voir ci-dessous). Ce qui explique la présence du Premier ministre. 


Jean Castex était de passage en Alsace pour des raisons politiques de santé, de sécurité, et de transports. Au cours de la cérémonie, à laquelle il a assisté au côté de la préfète Josiane Chevalier, ce dernier n'a fait aucune déclaration officielle, préférant laisser s'exprimer les victimes.

La cérémonie a duré une heure. Elle doit se poursuivre par une série de "concerts hommages" et de prises de parole d'associations de victimes, à l'hôtel de ville. 


Un peu plus loin, à partir de 18 heures, les portraits des cinq personnes tuées lors de l'attaque du marché de Noël seront projetés sur les murs du palais Rohan. Parallèlement, la population strasbourgeoise sera invitée à mettre des bougies à ses fenêtres.